Résultats et Nouvelles / Results and News

Subscribe to our Newsletter

News

LE CRH PRÉPARE SA PROCHAINE SAISON

Malgré l'incertitude qui plane actuellement au sujet de la tenue des différents sports organisés dans la province, le Circuit Régional de hockey se prépare sérieusement à entreprendre sa prochaine campagne, soit la 30e de son existence.

Une première rencontre préparatoire à la réunion annuelle était prévue en mai avec les dirigeants d'équipes, mais le tout à été remis à une date ultérieure. Nous vous ferons part de la date de cette première rencontre aussitôt que celle-ci aura été fixée.

Pour l'instant, tout laisse croire que les six formations seront de retour pour la saison 2020-2021. Il est possible toutefois que les Castors de St-Quentin puissent rejoindre les rangs du circuit après avoir signifié leur intention de prendre une saison sabattique avant le début de la dernière campagne.

Au cours des prochaines semaines, nous allons régulièrement vous fournir l'information nécessaire par rapport aux activités du circuit aussitôt que celle-ci sera disponible.


Commentaire :
MÊME EN SON ABSENCE, LE SPORT NOUS EN APPREND TOUJOURS

Par Patrick Thibault

Le sport a toujours fait partie de nos vies quotidiennes. Non seulement s’agit-il d’un refuge pour la grande majorité d’entre nous, mais le sport permet également de donner des leçons de vie importantes aux gens de tous les âges. Même que dans les moments les plus difficiles, le sport permet d’unir les gens envers une cause commune.

Toutefois, lorsque le milieu sportif devient complètement paralysé comme c’est le cas actuellement, tout devient différent dans le quotidien des gens. La routine devient perturbée et l’on cherche à occuper son temps d’une autre façon, ce qui est quand même très difficile pour les véritables mordus du sport.

On dit que toute chose arrive pour une raison. Disons que la situation actuelle avec ce vilain virus nous a tous pris par surprise et l’on doit prendre toutes les précautions et mesures nécessaires pour en venir à bout. Il est donc important d’écouter les experts dans ce domaine et de prendre le sport comme un élément secondaire dans notre vie. Ce n’est pas facile, mais plus vite que l’on agira, plus vite les choses iront pour le mieux.

Pendant cette pause, il est peut-être important de remettre nos priorités aux bons endroits. Souvent voyons-nous le sport comme trop important dans nos vies, à un point que nous sommes prêts à tout sacrifier et s’y investir à fond. Trop souvent, le sport contribue à diviser les gens qui ne pensent pas comme nous, qui n’appuient pas la même équipe, ou qui prennent de mauvaises décisions sur le jeu qui vont à l’encontre de nos attentes ou préférences.
Peu importe ce qui nous chicote des autres lors d’un événement sportif, on doit se rappeler que tout le monde partage un but commun, soit la passion pour le sport. Puis lorsque celle-ci s’absente de nos vies pour une certaine période de temps, c’est à ce moment que l’on doit se rappeler que le sport n’est en réalité qu’un simple jeu. Un jeu qui ne peut jamais prendre plus d’importance que la santé et la vie des gens.

En tant qu’adultes, nous serons en mesure de mieux s’adapter à la situation. Ce sont cependant nos plus jeunes adeptes qui en subissent les pires contrecoups en ce moment. Une fois que la vie reprendra son cours normal, il sera donc important de laisser ces jeunes retrouver le goût du sport et à nous les adultes de remettre nos priorités aux bons endroits.
Si le sport nous manque autant, c’est surtout parce que l’on est conscient qu’il occupe une place importante dans nos vies.

Même s’il est pénible de voir nos arénas et nos gymnases vides de la sorte, on doit toujours voir les choses d’un bon œil et comme le milieu sportif nous a toujours appris, il nous sera possible de rebondir. Le sport nous a d’ailleurs permis d’apprendre beaucoup de choses de nous-mêmes et c’est à nous maintenant de montrer ce que nous avons retenu comme leçon. Pour l’instant, il s’agit de garder espoir que l’on reprendra le dessus. L’adversaire est féroce, mais s'il y a une chose que le sport nous a toujours appris, c'est de ne jamais lâcher!

À la prochaine!


LE CRH DOIT METTRE UN TERME À SA SAISON 2019-2020

Suite aux directives émises par l’organisme Hockey Canada, le Circuit Régional de hockey doit annuler ses activités pour la saison 2019-2020, incluant la tenue des séries éliminatoires.

Le président du CRH, Normand Thériault, a obtenu cette consigne lundi en soirée de la part d’un membre du bureau de direction de Hockey Nouveau-Brunswick.
« L’on doit suivre les directives de Hockey Canada et Hockey N.-B. à cet effet ainsi que celles émises par le comité de la sécurité publique de la province », mentionne M.Thériault.

Cela met donc un terme à la 29e saison du CRH qui, pour la toute première fois, n’aura pas l’occasion de couronner un champion en séries.
Toutefois, le circuit sera fin prêt en 2020-2021 à entreprendre sa 30e campagne et l’on vous fournira plus de détails sur les développements à ce sujet à mesure que ceux-ci seront disponibles.


THE RHL MUST PUT AN END TO ITS 2019-2020 SEASON

Following the guidelines put in place by Hockey Canada, the Regional Hockey League must put an end to its 2019-2020 season, including all playoff rounds.

Normand Thériault, the League president, received this directive following a phone call on Monday night with a member of the board of directors of Hockey New Brunswick.
“We must follow this guideline by Hockley Canada and Hockey N.B., as well the one given by the public safety council of the province”, mentions M. Thériault.

This will conclude the 29th season of the RHL and for the very first time, no championship Cup will be awarded in the playoffs.
However, the league will be ready to resume in 2020-2021, which will be its 30th season of existence. We will send you further details on all developments surrounding league activities once they are available.


LES PANTHÈRES ÉLIMINENT LE THUNDER

Adam Laite a marqué trois fois alors que Danny Chiasson et Mathieu Loisel ont chacun fait bouger les cordages à deux reprises, conduisant ainsi les Panthères du Haut-Madawaska à une victoire de 10-6 jeudi soir à Perth-Andover.
Les Panthères éliminent ainsi le River Valley Thunder en quatre matchs consécutifs.


SÉRIES DEMI-FINALES 4 DE 7

Jeudi soir:
PANTHÈRES 10 THUNDER 6 (4-0 HM)
HM – Alexandre Soucy; Adam Laite (3); Danny Chiasson (2); Alex Emond; Mathieu Loisel (2); Sylvain Dube
PA – Rog Langile; Mackenzie Brown; Brandon Parsons(2); Mike Thomas; Lachlan MacIntosh  

Gardiens: HM-Billy Asselin; PA – Stephane Lavoie et Jordan Mean

SOMMAIRE

1e periode:
HM -Alexandre Soucy (Alex Emond; Sylvain Dube) 7 :58
HM – Adam Laite(Francis Poirier) 16 :01
PA – Rog Langille (Sheldon Sappier; Brandon Parsons) 17 :48 

2e periode:
HM – Danny Chiasson (Adam Laite; Dean Ouellet) 0 :44
HM – Alex Emond (Mathieu Loisel; Sylvin Dube) 4 :12
PA – Mackenzie Brown (Brett Bernard; Dylan Desmeules) 4 :40
HM – Mathieu Loisel (Sylvain Dube Samuel Emond) 10 :35
PA- Brandon Parsons (Peter Trainor; Lachlan MacIntosh) 13 :11 (AN)
PA- Mike Thomas (Peter Trainor; Zack Foster) 15 :02
HM -Sylvain Dube (Alexandre Soucy; Mathieu Loisel) 18 :08
HM – Danny Chiasson   (Dean Ouellet; Sebastien Bernier) 19 :10

3e periode:
PA – Lachlan MacIntosh (Peter Trianor; Rod Langille) 1 :28 (AN)
HM – Adam Laite (Danny Chiasson; Dean Oullet) 8 :15
HM – Mathieu Loisel (Alex Emond; Sylvain Dube) 11 :35
HM – Adam Laite (Danny Chiasson; Dean Ouellet) 16 :38
PA – Brandon Parsons (Mackenzie Brown) 18 :16




Séries demi-finales 4 de 7:
LES PANTHÈRES ET LE DYNAMO EN AVANCE

Par Patrick Thibault

Alors que l’on attendait de pied ferme les toutes premières confrontations de ces séries demi-finales du CRH, c’est de façon expéditive que l’action s’est déroulée alors que pas moins de 6 parties ont été disputées en trois jours seulement.

Inactifs depuis tout près de trois semaines, les Panthères du Haut-Madawaska n’ont démontré aucun signe de ralentissement alors qu’ils ont porté à 7 leur série de victoires consécutives en séries. La troupe de l’entraîneur François Caron a remporté ses trois premiers duels face au River Valley Thunder de Perth-Andover, s’approchant ainsi d’un gain d’une participation à la grande finale pour une troisième fois en quatre ans.
Les Panthères n’ont alloué que 7 buts en trois matchs à leurs adversaires, tout en poursuivant leur domination sur le plan offensif alors qu’ils ont enregistré 16 buts au total.

Du côté de la série ‘B’ opposant les Draveurs du Bas-Madawaska au Dynamo de Kedgwick, c’est plutôt sur le plan défensif et au niveau des unités spéciales que l’on semble s’y investir davantage, sans oublier toutefois cet excellent duel de gardiens de but que se livrent Adrien Lemay (Ked.) et Pierre-Olivier Lemieux (BM).
Les Draveurs, qui ont réussi à marquer le premier but lors de tous les matchs disputés jusqu’à présent, ont réussi à l’emporter sur la patinoire du Dynamo dimanche après-midi pour éviter ainsi de se retrouver avec un recul de 0-3 dans la série.

La série ‘A’ se poursuivra jeudi soir du côté de Perth-Andover alors que les Panthères pourraient déjà mettre un terme à la série. Pour ce qui est de la série ‘B’, celle-ci se transporte à St-Léonard pour le 4e duel vendredi soir.
Voici un compte-rendu sommaire des parties disputées lors du dernier week-end :

SÉRIE ‘A’ : THUNDER vs PANTHÈRES

1er match: THUNDER 4 PANTHÈRES 7
Le point tournant du premier match disputé vendredi soir à St-François a été sans contredit les deux buts enregistrés en 13 secondes d’intervalle lors du troisième vingt qui ont permis aux Panthères de doubler leur avance. L’écart était alors de 1 but seulement (4-3) avant que Xavier Dumont vienne ajouter son deuxième but de la partie à 14 :28, suivi du filet d’Alex Emond à 14 :41 pour porter l’avance des Panthères à 6-3. Dean Ouellet allait moins de deux minutes plus tard ajouter un 7e but aux locaux dans un gain final de 7-4.
Sylvain Dubé, Sébastien Bernier et Adam Laité ont complété le pointage pour les Panthères qui n’ont jamais tiré de l’arrière dans ce match.
Lachlan MacIntosh a été la bougie d’allumage du côté du Thunder avec un tour du chapeau.

2e match: PANTHÈRES 5 THUNDER 3
Une poussée de trois buts sans réplique en deuxième période a permis aux Panthères de briser une égalité de 1-1, l’emportant au compte de 5-3 samedi soir à Perth-Andover.
Danny Chiasson avait procuré les devants 2-1 aux visiteurs à la 4e minute de jeu du deuxième engagement avant que Mathieu Loisel vienne s’inscrire au pointage à deux reprises (13 :45 et 16 :52) pour permettre au Haut-Madawaska de prendre une avance de 4-1 au terme de quarante minutes de jeu.
Adam Laite et Sébastien Bernier ont complété le tableau du côté des Panthères. La réplique du Thunder est venue de Sheldon Sappier, Lachlan MacIntosh et Cody Rogers.

3e match: THUNDER 0 PANTHÈRES 4
Lors du troisième duel disputé dimanche après-midi à l’aréna J.-Docithe Nadeau de St-François, les Panthères ont signé une troisième victoire consécutive dans cette série, prenant la mesure du Thunder au compte de 4-0. Billy Asselin a obtenu le jeu blanc, repoussant tous les 38 tirs à lui faire face. Les Panthères ont pour leur part dirigé un total de 45 lancers en direction du filet adverse.
Alex Emond a été le premier à noircir la feuille de pointage lors de la période initiale. Sébastien Bernier et Adam Laite ont ajouté à l’avance des Panthères en deuxième période alors que Danny Chiasson complétait la marque en troisième. Chiasson a d’ailleurs pris part à trois des quatre buts des siens avec une récolte de 1b et 2p.

SÉRIE ‘B’ : DRAVEURS vs DYNAMO

1er match: DRAVEURS 1 DYNAMO 3
Lors du premier duel, c’est un but de Mathieu Haché, marqué à 6 :39 en troisième période lors d’une supériorité numérique, qui a permis au Dynamo de briser une égalité de 1-1 pour finalement l’emporter au compte de 3-1 devant les Draveurs.
Jean-Sébastien Fournier allait ajouter le but d’assurance dans un filet désert avec 1 :17 à écouler en temps réglementaire. Jérémy Sirois avait procuré les devants au Bas-Madawaska à la 5e minute de jeu en première période avant que Tommy Gallant vienne créer l’égalité pour Kedgwick à 13 :21 du même engagement. Aucun but n’a été enregistré lors de la période médiane dans un match à caractère défensif.

2e match: DYNAMO 6 DRAVEURS 3
Ce sont les unités spéciales qui ont permis au Dynamo de l’emporter samedi soir sur la patinoire des Draveurs. Alors que le Bas-Madawaska était en avance 2-1 en deuxième période, la formation du Restigouche-Ouest a enfilé trois buts sans riposte, dont deux en avantage numérique et l’autre en infériorité numérique, pour prendre les devants dans la partie pour de bon.
Les Draveurs ont également profité de leurs unités spéciales dans cette rencontre, enregistrant deux filets sur le jeu de puissance et un autre en désavantage numérique. Il s’agissait donc d’un match ponctué de plusieurs pénalités alors que certaines infractions majeures ont entraîné la suspension d’un joueur de chaque côté, soit Maxime Cayouette du côté des Draveurs (1 partie) et Marc Gallant du Dynamo (1 partie). L’entraîneur-chef du Bas-Madawaska, Mark Cloutier, s’est vu lui aussi imposer une suspension, soit de 2 parties.
Brandon Coulombe a marqué deux fois pour le Dynamo, chaque fois réussi avec l’avantage d’un homme. Mathieu Haché, Rémi Savoie, Eddie Banville et Eric Fallu ont enfilé les autres buts des vainqueurs.
Mackenzie Keirstead, Jason Martin et Alexandre Violette assuraient la réplique des Draveurs.

3e match: DRAVEURS 4 DYNAMO 0
Dimanche après-midi au Palais des loisirs de Kedgwick, le gardien Pierre-Olivier Lemieux a été la hauteur, repoussant 42 rondelles dans une victoire de 4-0 des Draveurs. Ces derniers remportent ainsi un premier match dans cette série et retournent à la maison pour disputer le quatrième affrontement vendredi soir prochain.
La rencontre a été beaucoup plus calme que la veille alors que seulement 4 pénalités mineures des deux côtés ont été décernées.
Jason Martin a été le premier à s’inscrire au pointage du côté des Draveurs, soit à la 14e minute de jeu du premier engagement. Morgan McNeil a doublé l’avance des siens en deuxième alors qu’Eric Roy et Joey Therrien (filet désert) ont ajouté les autres filets des vainqueurs en troisième période.

HORAIRE ET RÉSULTATS DES SÉRIES DEMI-FINALES

Série ‘A’: PERTH-ANDOVER 0 HAUT-MADAWASKA 3
Vendredi 6 mars: Perth-Andover 4 Haut-Madawaska 7 
Samedi 7 mars: Haut-Madawaska 5 Perth-Andover 3 
Dimanche 8 mars: Perth-Andover 0 Haut-Madawaska 4 
Jeudi 12 mars: Haut-Madawaska vs Perth-Andover (20h00) 
*Samedi 14 mars: Perth-Andover vs Haut-Madawaska (19h30) 
*Dimanche 15 mars: Haut-Madawaska vs Perth-Andover (18h30) 
*Mardi 17 mars: Perth-Andover vs Haut-Madawaska (20h00)

*indique si nécessaire

Série ‘B’: BAS-MADAWASKA 1 KEDGWICK 2
Vendredi 6 mars: Bas-Madawaska 1 Kedgwick 3
Samedi 7 mars: Kedgwick 6 Bas-Madawaska 3
Dimanche 8 mars: Bas-Madawaska 4 Kedgwick 0
Vendredi 13 mars: Kedgwick vs Bas-Madawaska (21h00)
Samedi 14 mars: Bas-Madawaska vs Kedgwick (19h30)
*Dimanche 15 mars: Kedgwick vs Bas-Madawaska (19h00)
*Mercredi 18 mars: Bas-Madawaska vs Kedgwick (20h30)

*indique si nécessaire


SÉRIES DEMI-FINALES 4 DE 7

Dimanche:
THUNDER 0 PANTHÈRES 4 (3-0 HM)
HM -   Alex Emond; Sebastien Bernier; Adam Laite; Danny Chiasson

Gardiens: PA- Stephane Lavoie ; HM – Billy Asselin

SOMMAIRE

1e periode:
HM -   Alex Emond (Mathieu Loisel; Sylvain Dube) 2 :31

2e periode:
HM -   Sebastien Bernier (Danny Chiasson; Dean Ouellet) 2 :11
HM – Adam Laite (Danny Chiasson; Dean Ouellet) 5 :29

3e periode:
HM -   Danny Chiasson (Sebastien Bernier) 0:56

 

DRAVEURS 4 DYNAMO 0 (2-1 KED)

BM – Jason Martin; Morgan McNeil; Eric Roy; Joey Therrien

Gardiens: BM-  Pierre-Olivier Lemieux ; KEDAdrien Lemay

SOMMAIRE

1e periode:
BM – Jason Martin (Paul Pelletier; Mackenzie Keirstead) 14:02

2e periode:
BM – Morgan McNeil (Eric Roy; Alexandre Violette) 15:21 (AN)

3e periode:
BM – Eric Roy (Alexandre Violette; Morgan McNeil) 1:43
BM – Joey Therrien (Alexandre Violette ) 17:53 (Filet desert)


SÉRIES DEMI-FINALES 4 DE 7

Samedi soir:
PANTHÈRES 5 THUNDER 3 (2-0 HM)
HM – Adam Laite; Danny Chiasson; Mathieu Loisel (2); Sebastien Bernier
PA -   Sheldon Sappier; Lachlan MacIntosh; Cody Rogers

Gardiens: HM- Billy Asselin; PA – Stephane Lavoie

SOMMAIRE

1e periode:
HM – Adam Laite (Danny Chiasson) 3 :48
PA -   Sheldon Sappier (Mackenzie Brown; Brandon Parsons) 19:24

2e periode:
HM – Danny Chiasson (Dean Ouellet) 4:16
HM – Mathieu Loisel (Alex Emond; Sylvain Dube) 13 :45
HM – Mathieu Loisel (Alex Emond; Sylvain Dube) 16 :52

3e periode:
PA – Lachlan MacIntosh (Peter Trainor) 0 :33
HM – Sebastien Bernier (Danny Chiasson; Adam Laite) 1:61
PA -   Cody Rogers (Zack Foster; Brett MacLean) 7 :22

 

DYNAMO 6 DRAVEURS 3 (2-0 KED)
KED- Brandon Coulombe (2); Mathieu Haché; Rémi Savoie; Eddie Banville; Eric Fallu
BM- Mackenzie Keirstead; Jason Martin; Alexandre Violette

Gardiens: KED- Adrien Lemay; BM- Pierre-Olivier Lemieux

SOMMAIRE

1re période:
BM- Mackenzie Keirstead (Jason Martin; Alexandre Violette) 18:29 (AN)

2e période:
KED- Mathieu Haché (Philippe Nazair) 5:33
BM- Jason Martin (sans aide) 7:07 (DN)
KED- Brandon Coulombe (Eddie Banville) 8:37 (AN)
KED- Brandon Coulombe (Eric Fallu) 10:08 (AN)
KED- Rémi Savoie (sans aide) 18:01 (DN)

3e période:
KED- Eddie Banville (Brandon Coulombe) 9:51
BM- Alexandre Violette (Mackenzie Keirstead) 19:19 (AN)
KED- Eric Fallu (sans aide) 19:24 (filet désert)


SÉRIES DEMI-FINALES 4 DE 7

Vendredi soir:
THUNDER 4 PANTHÈRES 7 (1-0 HM)
PA- Lachlan MacIntosh (3); Mike Thomas
HM -   Xavier Dumont (2); Sylain Dube; Sebastien Bernier; Adam Laite; Alex Emond; Dean Ouellet

Gardiens: PA- Stephane Lavoie; HM – Billy Asselin

SOMMAIRE

1e periode:
HM – Xavier Dumont ( Emile St-Pierre; Alex Larochelle) 3:29
PA- Lachlan MacIntosh (Brett Bernard; Peter Trainor) 18:02 (AN)
HM – Sylvain Dube (Alex Emond; Mathieu Loisel) 19 51  

2e periode:
HM – Sebastien Bernier (Adam Laite; Danny Chiasson) 4 :57
PA- Lachlan MacIntosh (Rog Langille; Brett MacLean) 5 :37 (AN)
HM – Adam Laite (Danny Chiasson; Sebastien Bernier) 7: 26
PA – Mike Thomas (Peter Trainor) 12:40 

3e periode:
HM – Xavier Dumont (Dean Ouellet; Sebastien Bernier) 14: 28 (AN)
HM – Alex Emond (Mathieu Loisel; Francois Bosse) 14 :41
HM – Dean Ouellet (Adam Laite) 16 :36
PA- Lachlan MacIntosh (Brett MacLean; Peter Trainor) 18:31 (AN)


DRAVEURS 1 DYNAMO 3 (1-0 KED)
BM – Jeremy Sirois
KED- Tommy Gallant; Mathieu Hache; Jean-Sebastien Fournier

Gardiens: BM- Pierre-Olivier Lemieux ; KED Adrien Lemay

SOMMAIRE

1e periode:
BM – Jeremy Sirois (Eric Moreau) 5:09
KED-  Tommy Gallant (Roby Martel) 13:21

2e periode:
Aucun But

3e periode:
KED-   Mathieu Hache (Remi Savoie; Patrick Huard) 6 :39 (AN)
KED – Jean-Sebastien Fournier (sans aide) 18 :43 * Filet desert.

 


HORAIRE DES SÉRIES DEMI-FINALES

Série ‘A’: PERTH-ANDOVER vs HAUT-MADAWASKA
Vendredi 6 mars: Perth-Andover vs Haut-Madawaska (21h00)
Samedi 7 mars: Haut-Madawaska vs Perth-Andover (19h30)
Dimanche 8 mars: Perth-Andover vs Haut-Madawaska (15h00)
Jeudi 12 mars: Haut-Madawaska vs Perth-Andover (20h00)
*Samedi 14 mars: Perth-Andover vs Haut-Madawaska (19h30)
*Dimanche 15 mars: Haut-Madawaska vs Perth-Andover (18h30)
*Mardi 17 mars: Perth-Andover vs Haut-Madawaska (20h00)

*indique si nécessaire

Série ‘B’: BAS-MADAWASKA vs KEDGWICK
Vendredi 6 mars: Bas-Madawaska vs Kedgwick (21h00)
Samedi 7 mars: Kedgwick vs Bas-Madawaska (21h00)
Dimanche 8 mars: Bas-Madawaska vs Kedgwick (16h00)
Vendredi 13 mars: Kedgwick vs Bas-Madawaska (21h00)
*Samedi 14 mars: Bas-Madawaska vs Kedgwick (19h30)
*Dimanche 15 mars: Kedgwick vs Bas-Madawaska (19h00)
*Mercredi 18 mars: Bas-Madawaska vs Kedgwick (20h30)

*indique si nécessaire


Série 2 de 3:
LE THUNDER PASSE AU TOUR SUIVANT

Par Patrick Thibault

Le but du capitaine Lachlan MacIntosh, enregistré à 15:22 en troisième période, a permis au River Valley Thunder de briser une égalité de 4-4 pour finalement l'emporter au compte de 6-4 mardi soir face aux As. Perth-Andover élimine ainsi St-Basile lors de ce troisième match décisif de la série 2 de 3.

MacIntosh avait auparavant donné les devants 4-3 à sa formation tôt en troisième période avant que Samuel Cyr vienne inscrire son deuxième but du match pour St-Basile à 6:32 pour ainsi nvelé le pointage à 4-4.
Mackenzie Brown est celui qui marquait le but d'assurance pour le Thunder avec moins de 4 minutes à écouler en temps réglementaire.

Peter Trainor a également touché la cible à deux reprises pour les vainqueurs alors que Sheldon Sappier complétait le pointage. Samuel Cyr (deux fois), Alexandre L'Italien et Christian Racine ont assuré la réplique des As.
Chaque équipe a dirigé un total de 36 lancers en direction du filet adverse. Jonathan Connely (SB) et Stéphane Lavoie (PA) étaient les deux gardiens de but en présence.
Une foule de 585 spectateurs était au rendez-vous pour ce match décisif disputé au River Valley Civic Centre de Perth-Andover.

Le Thunder affrontera donc les Panthères du Haut-Madawaska en série demi-finale 4 de 7. Le premier match sera disputé vendredi soir (21h00) à l'aréna J.-Docithe Nadeau de St-François.
Pour ce qui est de l'autre série demi-finale, le Dynamo de Kedgwick affrontera les Draveurs du Bas-Madawaska. Le premier duel aura lieu vendredi soir (21h00) au Palais des loisirs de Kedgwick.

L'horaire complet de ces deux séries sera disponible dans les prochains jours.


SÉRIE 2 DE 3

Mardi soir:
AS 4 THUNDER 6 (2-1 Thunder)
SB – Alexandre L’Italien; Christian Racine; Samuel Cyr (2)
PA-  Sheldon Sappier; Peter Trainor (2); Lachlan MacIntosh (3)

Gardiens: SB- Jonathan Connely ; PA – Stephane Lavoie

SOMMAIRE

1e periode:
PA-  Sheldon Sappier (Logan Titus) 2 :21
SB- Alexandre L’Italien (Francois Bois; Andrew Porter) 8 :48

2e periode:
PA – Peter Trainor (Rod Langille; Brett MacLean) 5 :37
SB – Christian Racine (Francis Bernier) 6 :49
PA-  Peter Trainor (Brandon Parsons; Lachlan MacIntosh) 14 :25 (AN)
SB – Samuel Cyr (Vincent Rioux; J.J. Allison) 14 :35

3e periode:
PA-Lachlan MacIntosh (Logan titus) 5:54 (AN)
SB – Samuel Cyr (Hugo Theriault; Nicholas Jessome) 6:32
PA - Lachlan MacIntosh (Mike Thomas) 15:22
PA – Lachlan MacIntosh (Sans aide) 16:06

 


Commentaire par rapport au dernier sondage:
IL EST TEMPS DE FAIRE PLACE AUX COMPROMIS!

Par Patrick Thibault

Lors du tout dernier sondage émis sur le site web, nous avons demandé aux gens de voter par rapport à la question suivante : comment peut-on améliorer davantage le produit du CRH?

Les choix de réponses étaient plutôt variés, émanant surtout de certaines préoccupations que les gens pouvaient avoir par rapport à l’avenir du circuit et du bon fonctionnement de celui-ci en général. Nous avons donc laissé la parole aux partisans, même s’il est fort possible que les joueurs et dirigeants des équipes aient également exercé leur droit de vote. Après tout, la question n’était pas spécifiquement destinée auprès des amateurs, mais bien pour tout le monde qui travaillent de près ou de loin avec le circuit.

Comme fallait s’y attendre, ce sont 42,9% des répondants qui ont voté pour que l’on élimine l’ajout des joueurs importés.
Ce qui est quand même surprenant, c’est que 23,4% ont répondu qu’une série de choses devaient se produire afin d’améliorer le produit, soit 1) revenir avec 8 ou 9 équipes dans ses rangs 2) avancer l’heure des parties disputées en soirée 3) attirer davantage de jeunes partisans aux parties 4) éliminer l’ajout des joueurs importés. À noter que seulement 6,3% ont voté pour aucune de ces réponses.

À l’aube d’une 30e saison dans le circuit, un sondage de la sorte est très révélateur. Cela démontre que les gens désirent voir un certain changement se produire, ou plutôt, ils demandent à ce que le CRH progresse et évolue dans une direction qui pourrait favoriser sa survie.
On doit avouer que le produit actuel est très compétitif, mais à quel point sommes-nous prêts à aller pour améliorer sans cesse la qualité du jeu, surtout si l’on se retrouve avec un manque de relève et d’équipes d’une saison à l’autre.

Vous aurez sûrement remarqué que certaines réponses du sondage sont particulièrement reliées l’une à l’autre. Par exemple, si l’on élimine dès demain les joueurs importés, je doute fort que nous puissions revenir dans un avenir immédiat avec 8 ou 9 équipes dans le circuit. À long terme probablement, mais sûrement pas à court terme. Avec cela dit, nous sommes probablement arrivés à un point où il est trop tard à l’heure actuelle pour enlever complètement l’ajout des joueurs importés : si l’on décidait que c’était le cas pour la prochaine saison, l’on se retrouverait fort possible avec seulement trois ou quatre équipes dans la ligue.
Les équipes ont déjà eu leur chance à maintes reprises à modifier ce règlement, mais on se donnait comme justification que sans la présence de ces joueurs, leur avenir serait en péril. Pourtant, celui-ci demeure sans cesse en péril, autant par rapport aux finances qu’auprès de la relève que l’on y retrouve présentement.

Alors il est temps d’agir selon moi pour faire en sorte que l’on procède à un certain compromis. Il est important de souligner que les équipes n’ont pas seulement droit actuellement d’aligner 3 joueurs importés, mais aussi des joueurs ‘d’exception’ ainsi que des joueurs considérés ‘spéciaux’. Il s’agit en quelque sorte d’une autre façon d’ajouter des ‘importés’ supplémentaires ou d’autres joueurs provenant de l’extérieur de son propre territoire pour compléter sa formation. Par conséquent, le produit local en est grandement affecté et la présence de jeunes joueurs est quasi-inexistantes d’une saison à l’autre. D’ailleurs, remarquez que la situation des gardiens est très préoccupante au niveau de la relève, sans oublier que pour la première fois dans toute l’histoire du circuit, aucun trophée pour la recrue de l’année n’a été décerné cette saison.

Il est temps selon moi de faire un compromis avec les équipes pour assurer leur survie, mais voir également à bâtir une relève auprès de chacune. Pourquoi ne pas faire les choses progressivement et enlever dès la prochaine saison l’ajout de ces joueurs spéciaux et d’exception. Le fait de permettre encore 3 joueurs importés par équipe devrait être suffisant.
Puis par conséquent, pourquoi ne pas forcer les équipes à inclure 2 ou 3 joueurs recrus dans leurs rangs, également à partir de la prochaine saison et faire en sorte que ces jeunes joueurs se retrouvent sur la liste protégée de chacune des équipes. Certains critères d’éligibilité ou d’admission pourraient être établis par le circuit à cet égard, mais l’important est de s’assurer qu’il s’agisse de jeunes joueurs qui viendront éventuellement assurer la relève, provenant préférablement du niveau local. De cette façon, la ligue se rajeunit et se complète graduellement… et à long terme, il serait alors possible de réduire le nombre de joueurs importés par équipe pour en revenir avec un produit beaucoup plus local.

Un tel compromis entre les équipes est possible. Faire les choses progressivement, mais intelligemment est aussi possible. Mais une chose est certaine : l’on doit agir rapidement si l’on désire revenir avec plus d’équipes dans ses rangs et assurer du même coup la survie de celles déjà existantes. Après tout, c’est également la survie de la ligue qui en dépend grandement. À l’aube de la 30e saison, il est important de songer comment il sera possible d’atteindre un autre 10 ans supplémentaire.


Série 2 de 3 :
LES AS ET LE THUNDER À ÉGALITÉ

Par Patrick Thibault

Il y aura un match ultime dans la confrontation 2 de 3 opposant les As de St-Basile au River Valley Thunder de Perth-Andover. En remportant chacune des victoires identiques de 4-3 lors du dernier week-end, la table est mise pour un match décisif qui sera présenté mardi soir à Perth-Andover (20h00).

Samedi soir au domicile du Thunder, c’est un but de David Carrier, marqué à 4 :39 en prolongation, qui a permis aux As de soutirer une victoire de 4-3.
Le Thunder avait pris les devants 3-2 à la 3e minute de jeu du troisième engagement avec le but de Peter Trainor en supériorité numérique. Les As sont venus toutefois créer l’égalité à 17 :59 lorsque Nolan Alward faisait bouger les cordages, forçant ainsi le surtemps.
Nick Jessome est celui qui avait marqué les deux premiers buts du côté de St-Basile alors que Lachlan MacIntosh et Brett Bernard complétaient le pointage pour le Thunder.

Dimanche au Centre Jean-Daigle d’Edmundston, c’est le but de Brandon Parsons, son 3e du match enregistré à la 14e minute de jeu en troisième période, qui a permis au Thunder de briser une égalité de 3-3, l’emportant ainsi au compte de 4-3 pour égaliser la série avec une victoire de chaque côté.
Perth-Andover menait 2-1 après une période de jeu. J.J. Allison avait nivelé la marque pour St-Basile à 5 :56 en troisième période avant que Lachlan MacIntosh vienne redonner les devants aux visiteurs à 6 :20. Les As ont créé l’égalité à nouveau avec un but en avantage numérique à 12 :11 (Samuel Cyr), mais Brandon Parsons enfilait le but de la victoire pour le Thunder moins de deux minutes plus tard. Christian Racine a été le premier à noircir la feuille de pointage du côté des As en première période.

Mentionnons que Pier-Olivier Michaud, qui avait été suspendu pour 6 parties suivant une altercation en série quart de finale contre le Dynamo de Kedgwick, sera en mesure de réintégrer l’alignement mardi soir pour les As lors du match ultime qui sera disputé au RVCC de Perth-Andover.

Rappelons que le vainqueur de cette série 2 de 3 affrontera les Panthères du Haut-Madawaska en série demi-finale 4 de 7. L’autre série demi-finale opposera les Draveurs du Bas-Madawaska au Dynamo. Ces deux affrontements débuteront lors du prochain week-end.


SÉRIE 2 DE 3

Dimanche:
THUNDER 4 AS 3 (1-1 )
PA – Brandon Parsons (3); Lachlan MacIntosh
SB- Christian Racine; J.J Allison; Samuel Cyr

Gardiens: PA- Stephane Lavoie; SB – Jonathan Connely

SOMMAIRE

1e periode:
PA -Brandon Parsons (Lachlan MacIntosh; Zach Foster) 0 :36
SB- Christian Racine (David Carrier) 5 :36 (DN)
PA – Brandon Parsons (Lachlan MacIntosh; Sheldon Sappier) 6 :57

2e periode:
Aucun but

3e periode:
SB- J.J Allison (David Carrier) 5 :56
SB – Samuel Cyr (Chris Sarault; J.J Allison) 12 :11 (AN)
PA – Brandon Parons (Matthew Porter; Brett MacLean) 14 :06

 


SÉRIE 2 DE 3:

Samedi soir:
AS 4 THUNDER 3 * Temps supplémentaire (1-0 SB)
SB – Nicholas Jessome (2); Nolan Alward; David Carrier
PA-  Logan MacIntosh; Brett Bernard; Peter Trainor

Gardiens: SB- Jonathan Connely ; PA – Stephane Lavoie

SOMMAIRE

1e periode:
PA-  Logan MacIntosh (Brett MacLean) 3 :41

2e periode:
SB – Nicholas Jessome (J.J. Allison) 5:36
PA-  Brett Bernard (Sheldon Sappier) 7:18 (AN)
SB – Nicholas Jessome (Vincent Rioux; Nolan Alward) 13:35

3e periode:
PA-  Peter Trainor (Matthew Porter; Zach Foster) 3 :00 (A)
SB – Nolan Alward (Francis Bernier; Christian Racine) 17:59

4e periode:
SB – David Carrier (Aleandre L’italien; Christian Racine) 4:39

 


Séries Quarts de finale 4 de 7 :
LES DRAVEURS ET LE DYNAMO SE QUALIFIENT POUR LA RONDE SUIVANTE

Par Patrick Thibault

Les jeux sont faits en ce qui a trait au prochain tour des séries du CRH! En effet, nous connaissons maintenant l’identité des trois formations qui sont assurées de prendre part aux séries demi-finales ainsi que celles qui s’affronteront lors d’une courte série 2 de 3. L’équipe victorieuse de cette confrontation rejoindra ainsi le carré d’as lors de la troisième ronde.

Le Dynamo de Kedgwick et les Draveurs du Bas-Madawaska, vainqueurs de leur série respective, sont même assurées de s’affronter dans la série demi-finale ‘B’ 4 de 7. Pour ce qui des Panthères du Haut-Madawaska, ils devront attendre le vainqueur de cette série 2 de 3 opposant Perth-Andover et St-Basile avant de connaître leurs prochains adversaires.

Alors que le prochain tour se mettra en branle seulement le week-end prochain, cela permet aux trois autres formations de profiter d’un repos forcé. Il est à se demander toutefois si cette période d’inactivité sera bénéfique ou non, surtout du côté des Panthères qui ont disputé leur dernier match en séries le 16 février dernier. C’est donc un repos de plus de deux semaines pour la troupe de l’entraîneur François Caron qui espère bien retrouver assez rapidement son aplomb en attaque ainsi qu’une bonne cohérence dans son jeu lorsque viendra le temps d’entreprendre la prochaine série.

Le premier duel de la confrontation 2 de 3 opposant les As au Thunder sera présenté à Perth-Andover samedi soir à compter de 19h30 alors que le deuxième match aura lieu au Centre Jean-Daigle d’Edmundston à 18h00 le lendemain (1er mars). Advenait un match décisif, celui-ci sera disputé mardi soir (3 mars) à Perth-Andover à compter de 20h30.

Voici un compte-rendu de la dernière fin de semaine d’activités :

SÉRIE ‘B’ : AS vs DYNAMO
Suite à la première victoire des As acquise lors du deuxième affrontement de cette série, le Dynamo a dominé ses adversaires sur toutes les facettes du jeu, inscrivant un total de 21 buts lors des trois matchs subséquents tout en n’allouant moins de 3 buts en moyenne par partie.

Puisqu'ils faisaient face à l’élimination vendredi soir lors du cinquième duel disputé à Kedgwick, les As savaient bien que la commande était lourde, surtout qu’ils devaient l’emporter à deux reprises sur la patinoire adverse s’ils voulaient venir à bout de leurs adversaires.
Le Dynamo a frappé tôt en première période, prenant les devants par deux buts alors qu’il n’y avait même pas encore 5 minutes d’écoulées dans la rencontre. La formation du Restigouche-Ouest a ajouté deux buts en deuxième et quatre autres lors du troisième engagement pour finalement l’emporter au compte de 8-2, mettant ainsi un terme à cette série.
Eddie Banville, Mathieu Labrie et Mathieu Haché ont chacun obtenu des doublés du côté des gagnants alors que Jean-Sébastien Fournier et Roby Martel complétaient le tableau. Pour St-Basile, David Carrier et Samuel Cyr assuraient la réplique.

Alors que le premier duel de cette série avait pris fin dans le tumulte, les deux équipes ont rarement visité le cachot par la suite, comme le témoigne d’ailleurs les 8 minutes de pénalités au total qui ont été décernées lors du dernier match.
Au niveau des statistiques finales, le Dynamo a enregistré 27 buts dans cette série en comparaison de 15 du côté des As.

SÉRIE ‘C’ : DRAVEURS vs THUNDER
Pour certains, la victoire des Draveurs peut être considéré une surprise alors que pour d’autres, on pouvait voir venir le tout. Rappelons-nous que les protégés de l’entraîneur Mark Cloutier avaient connu une très bonne prestation pour terminer leur calendrier régulier alors que pour le Thunder, on y remarquait un certain manque de constance dans leur jeu. On doit toutefois souligner que la formation de Perth-Andover n’a jamais lâché, même qu’elle tirait de l’arrière 3-0 dans la série avant de remporter les deux parties suivantes. C’est venu bien près également que l’on assiste à un match décisif dimanche.

C’est le but de Jason Martin, marqué à 9 :37 en surtemps, qui a permis aux Draveurs de disposer du River Valley Thunder par le pointage de 4-3 samedi soir lors du 6e duel, permettant au Bas-Madawaska de mettre un terme à cette série. Martin s’était amené en zone adverse lors d’une situation de surnombre, dirigeant un tir précis des poignets qui a trompé la vigilance du gardien Stéphane Lavoie du Thunder.

Les Draveurs tiraient de l’arrière 2-0 au terme de vingt minutes de jeu et 3-1 après deux périodes. Jeff Akerley est venu réduire l’écart pour les locaux en marquant à 1 :19 du troisième engagement alors que le but égalisateur fut l’œuvre de Eric Roy mi-chemin dans la période.
Paul Pelletier a été l’autre buteur du côté des vainqueurs alors que la réplique du Thunder est venue de Brandon Parsons (deux fois) et Sheldon Sappier.

Vendredi soir du côté de Perth-Andover, ce sont trois buts sans réplique en deuxième période qui a permis au River Valley Thunder de disposer de justesse des Draveurs par la marque de 4-3. Jason Martin avait procuré les devants 2-1 au Bas-Madawaska à 11 :49 de la période médiane, mais les buts de Mackenzie Brown, Rod Langille et Mike Thomas enregistrés en moins de 3 minutes d’intervalle ont fait la différence auprès du résultat final.
Brett Bernard a complété la marque pour les vainqueurs alors que Jesse Colborne et Eric Roy faisaient de même pour les Draveurs. Seulement 7 pénalités mineures ont été décernées dans cette rencontre, mais chaque équipe est parvenue à marquer une fois avec l’avantage d’un homme, même que le Bas-Madawaska a ajouté un but en désavantage numérique.

Au niveau des statistiques d’équipe, les Draveurs ont inscrit 29 buts dans cette série comparativement à 22 pour Perth-Andover. Le Bas-Madawaska l’a emporté à deux reprises lorsque l’écart n’était que d’un seul but, tout en subissant un revers en pareille circonstance.

RÉSULTATS DES SÉRIES QUARTS DE FINALE

Série ‘A’: TÉMISCOUATA 0 vs HAUT-MADAWASKA 4
Samedi 8 février: Témiscouata 2 Haut-Madawaska 6
Dimanche 9 février: Haut-Madawaska 8 Témiscouata 3
Vendredi 14 février: Témiscouata 1 Haut-Madawaska 5
Dimanche 16 février: Haut-Madawaska 8 Témiscouata 5

Série ‘B’: ST-BASILE 1 KEDGWICK 4
Samedi 8 février: St-Basile 3 Kedgwick 4 *surtemps
Dimanche 9 février: Kedgwick 2 St-Basile 5
Vendredi 14 février: St-Basile 2 Kedgwick 6
Dimanche 16 février: Kedgwick 7 St-Basile 3
Vendredi 21 février: St-Basile 2 Kedgwick 8

Série ‘C’: BAS-MADAWASKA 4 PERTH-ANDOVER 2
Samedi 8 février: Bas-Madawaska 7 Perth-Andover 3
Dimanche 9 février: Perth-Andover 2 Bas-Madawaska 6
Vendredi 14 février: Bas-Madawaska 5 Perth-Andover 4
Dimanche 16 février: Perth-Andover 6 Bas-Madawaska 4
Vendredi 21 février: Bas-Madawaska 3 Perth-Andover 4
Samedi 22 février: Perth-Andover 3 Bas-Madawaska 4 *surtemps

Horaire de la série 2 de 3 :
ST-BASILE vs PERTH-ANDOVER
Samedi 29 février: St-Basile vs Perth-Andover (19h30)
Dimanche 1er mars: Perth-Andover vs St-Basile (18h00 au Centre Jean-Daigle)
*Mardi 3 mars : St-Basile vs Perth-Andover (20h00)
(si nécessaire)


RÉCIPIENDAIRES DES TROPHÉES
SAISON 2019-2020

CHAMPIONS EN SAISON RÉGULIÈRE
Panthères du Haut-Madawaska

Commanditaire : Mazda

Les Panthères ont disputé 24 parties en saison régulière, récoltant une fiche de 22 victoires et 2 revers pour 44 points.

_________________________________________________________________

MEILLEUR POINTEUR
Dean Ouellet (Panthères du Haut-Madawaska)

Commanditaire : Étienne Proulx Financière Sun life

Trophée décerné selon les statistiques de la saison régulière. Ouellet a récolté un total de 63 points à sa fiche avec une performance de 13 buts 50 mentions d’aide.

_________________________________________________________________

JOUEUR AVEC LE PLUS DE MENTIONS D’AIDE
Dean Ouellet (Panthères du Haut-Madawaska)

Commanditaire : Sport Expert Ltée

Trophée décerné au joueur qui a accumulé le plus de mentions d’aide en saison régulière. Dean Ouellet a terminé la saison régulière au premier rang à ce chapitre avec 50 mentions d’assistance.

__________________________________________________________________

MEILLEUR DÉFENSEUR
Sébastien Bernier (Panthères du Haut-Madawaska)

Commanditaire : Gravures Yves Martin

Choix des entraîneurs qui est attribué au joueur qui joue le mieux son rôle du côté défensif. Bernier en était à sa première campagne avec les Panthères.

__________________________________________________________________

MEILLEUR FRANC-TIREUR
Adam Laite (Panthères du Haut-Madawaska)

Commanditaire : Sani-Way

Trophée décerné au joueur ayant marqué le plus de buts durant la saison régulière. Laite en a obtenu 30 cette saison.

___________________________________________________________________

ENTRAÎNEUR DE L’ANNÉE
François Caron (Panthères du Haut-Madawaska)

Commanditaire : Magasin Rossy

Trophée décerné à celui qui a fait preuve de discipline et qui a été un exemple pour les autres entraîneurs du circuit. Caron a de plus conduit son équipe au premier rang du CRH en saison régulière. ____________________________________________________________________

MEILLEUR AVANT-DÉFENSIF 
Eric Roy (Draveurs du Bas-Madawaska)

Commanditaire : Boucherie L. Ouellette

Trophée décerné au joueur offensif qui contribue le plus en défensive. Il est attribué également à un joueur très utilisé en désavantage numérique et dans des situations défensives et doit être très efficace pour protéger une avance en fin de match. _____________________________________________________________________

JOUEUR LE PLUS SOUS ESTIMÉ
Brett Bernard (River Valley Thunder)

Trophée décerné au joueur qui a le plus contribué à son équipe, et ce, dans l’ombre des joueurs vedettes.

_____________________________________________________________________

JOUEUR LE PLUS GENTILHOMME
Brandon Parsons (River Valley Thunder)

Commanditaire: Four Best Management

Trophée décerné au joueur ayant accumulé le moins de minutes de pénalités en saison régulière avec au moins 75% des matchs de disputés. Il doit aussi être un membre important auprès de l’équipe. ______________________________________________________________________

MEILLEUR GARDIEN DE BUT
Adrien Lemay (Dynamo de Kedgwick)

Commanditaire : Ralph Sadler Lumber

Décerné au gardien de but ayant disputé un minimum de 720 minutes au cours de la saison régulière. Lemay a ainsi gardé les buts pour un total de 1436 minutes, affichant une moyenne de buts alloués de 2.76

_______________________________________________________________________

JOUEUR LE PLUS UTILE À SON ÉQUIPE EN SAISON RÉGULIÈRE
Adrien Lemay (Dynamo de Kedgwick)

Commanditaire : James Concrete ltée

Récompense attribuée au joueur qui s’est le plus démarqué durant le calendrier régulier. Ses performances ont permis à l’équipe de connaître une bonne saison tout en contribuant grandement aux succès de son équipe. Lemay reçoit donc ce titre, ayant disputé toutes les 24 parties de son équipe devant le filet cette saison. 


TOUR D’HORIZON DES ÉQUIPES

Statistiques finales en saison régulière

HAUT-MADAWASKA
Classement final: 22-2-0 = 44 pts (1er rang)

5 meilleurs compteurs:
Dean Ouellet (13b et 50p pour 63 pts)
Adam Laite (30b et 20p pour 50 pts)
Sylvain Dubé (15b et 31p pour 46 pts)
Mathieu Loisel (24b et 22p pour 46 pts)
Danny Chiasson (15b et 25p pour 40 pts)

Gardiens de but:
Billy Asselin (moyenne de 3,07)
Samuel Clavet-Pearson (moyenne de 3,07)

LISTE DES 25 JOUEURS PROTÉGÉS + JOUEURS AFFILIÉS:
Billy Asselin; François Bossé; Andy Chiasson; Danny Chiasson; Sam Pearson; Xavier Dumont; Alex Emond; Samuel Emond; Andy Landry; Alex Larochelle; Vincent Lee; Gabriel Levasseur; Alain Michaud; André Michaud; John Nadeau; Dean Ouellet; Guillaume Pelletier; Francis Poirier; Norbert Roy; Alexandre Soucy; Emile St-Pierre; Sébastien Bernier; Adam Laite; Mathieu Loisel; Sylvain Dubé


KEDGWICK
Classement final: 14-10-0 = 28 pts (2e rang)

5 meilleurs compteurs:
Vincent Savoie (13b et 11p pour 24 pts)
Eddie Banville (12b et 12p pour 24 pts)
Brandon Coulombe (7b et 15p pour 22 pts)
Philippe Nazair (6b et 16p pour 22 pts)
Mathieu Haché (12b et 7p pour 19 pts)

Gardiens de but:
Adrien Lemay (moyenne de 2,76) Yohan Ouellet (moyenne de 10,00)

LISTE DES 25 JOUEURS PROTÉGÉS + JOUEURS AFFILIÉS:
Eddie Banville; Olivier Bergeron; Jérémie Borris; Tommy-Lee Bouchard; Brandon Coulombe; Mathieu Cyr; Mitchell Dempsey; Eric Fallu; Jean-Sébastien Fournier; Marc Gallant; Tommy Gallant; Mathieu Haché; Patrick Huard; Mathieu Labrie; Adrien Lemay; Roby Martel; Philippe Nazair; Pierre Ouellet; Yohan Ouellet; Anthony Savoie; Rémi Savoie; Vincent Savoie; Michaël St-Pierre-Lapointe; Dannick Thériault; Francis Bérubé


PERTH-ANDOVER
Classement final: 12-9-2 = 26 pts (3e rang)

5 meilleurs compteurs:
Peter Trainor (27b et 17p pour 44 pts)
Brandon Parsons (12b et 24p pour 36 pts)
Mackenzie Brown (10b et 19p pour 29 pts)
Mike Thomas (5b et 18p pour 23 pts)
Rod Langille (10b et 11p pour 21 pts)

Gardiens de but:
Stéphane Lavoie (moyenne de 4,41)
Jordan Mean (moyenne de 4,50)

LISTE DES 25 JOUEURS PROTÉGÉS + JOUEURS AFFILIÉS:
Brett MacLean; John Sadler; Jordan Mean; Brett Bernard; Brad Dickinson; Dylan Desmeules; Ryan Rogers; Cody Rogers; Brandon Parsons; Alex Clark; Matthew Porter; Peter Trainor; Bradley Johnston; Braydon Bolster; Rod Langille; Mike Thomas; Lachlan MacIntosh; Sheldon Sappier; Mike Sorensen; Zach Foster; Clayton Sullivan; Stéphane Lavoie; Nick Nozzolillo; Ethan Ouellette; Mackenzie Brown; Logan Titus; Ben Dee


BAS-MADAWASKA
Classement final: 10-12-2 = 22 pts (4e rang)

5 meilleurs compteurs:
Alexandre Violette (16b et 14p pour 30 pts)
Eric Roy (8b et 14p pour 22 pts)
Jason Martin (4b et 16p pour 20 pts)
Jeff Akerley (7b et 12p pour 19 pts)
Joey Therrien (7b et 12p pour 19 pts)

Gardiens de but:
Pierre-Olivier Lemieux (moyenne de 4,55)
Dominik Abud (moyenne de 4,00)

LISTE DES 25 JOUEURS PROTÉGÉS + JOUEURS AFFILIÉS:
Chris Doyle; Justin West; Justin MacDonald; Jérémy Sirois; Corey Fortin; Joey Laforge; Alexandre Violette; Eric Roy; Alexandre Page; Mackenzie Keirstead; Jeffrey Akerley; Joey Therrien; Steve Therrien; Marc-André Cyr; Eric Moreau; Alexandre Roy; Pierre-Olivier Lemieux; Dominik Abud; Jason Martin; Paul Pelletier; Jonethan Cloutier; Joey Tardif; Maxime Cayouette; Morgan McNeill; Jesse Colborne


ST-BASILE
Classement final: 7-16-0 = 14 pts (5e rang)

5 meilleurs compteurs:
Samuel Cyr (8b et 11p pour 19 pts)
Nick Jessome (8b et 10p pour 18 pts)
J.J. Allison (5b et 12p pour 17 pts)
Alexandre L’Italien (5b et 9p pour 14 pts)
Vincent Rioux (8b et 5p pour 13 pts)

Gardiens de but:
Jonathan Connely (moyenne de 4,76)
Yannick Ringuette (moyenne de 11,76)
Mathieu Lavoie (moyenne de 3,00)

LISTE DES 25 JOUEURS PROTÉGÉS + JOUEURS AFFILIÉS:
J.J. Allison; Nolan Alward; Francis Bernier; François Bois; Hugo Bossé; David Carrier; Jonathan Connely; Samuel Cyr; Samuel Desjardins; Casey Fox; Nick Jessome; Andy Landry; Joel Lavoie; Mathieu Lavoie; Alexandre L'Italien; Andrew Porter; Christian Racine; Yannick Ringuette; Vincent Rioux; Chris Sarault; Dylan Thériault; Hugo Thériault; Roch Thériault; Antoine Voyer; Pierre-Olivier Michaud


TÉMISCOUATA
Classement final: 5-18-1 = 11 pts (6e rang)

5 meilleurs compteurs:
Phélix Bossé (12b et 15p pour 27 pts)
Justin Moreau (10b et 8p pour 18 pts)
Charles Deschênes (5b et 11p pour 16 pts)
Michaël Morin (7b et 8p pour 15 pts)
Frédérick Raymond (6b et 7p pour 13 pts)

Gardiens de but:
Keven Dubé-Blanchet (moyenne de 5,98)
Jason Turgeon (moyenne de 3,30)

LISTE DES 25 JOUEURS PROTÉGÉS + JOUEURS AFFILIÉS:
Justin Moreau; Pierre-Luc Beaulieu; Elie Bérubé; Mathieu Savoie; Alexandre Roy; Maxime Bourgault; Keven Robert; Michaël Ouellet; Maxime Morneault; Michaël Morin; Frédérick Raymond; Maxime Dugas; Christopher D. Landry; Alexandre Dumont; Jason Turgeon; Keven Dubé-Blanchet; William Plourde; Thomas Bossé; Alexandre Ouellet; Charles Deschênes; Jean-François Corbin; William Daudelin; Phélix Bossé; Olivier Larochelle; Alex Ouellet


Avec 907 points en 27 saisons dans le circuit senior:

JOHN NADEAU ÉCRIT UNE AUTRE PAGE D'HISTOIRE EN ÉVOLUANT POUR UNE 4e DÉCENNIE

*en date du 20 janvier 2020

Par Patrick Thibault

Photos: (Digiphoto)

 

John Nadeau des Panthères du Haut-Madawaska a atteint mercredi soir (15 janvier) une marque qu'aucun joueur du circuit n'est passée près d'atteindre. En effet, le vétéran de 27 saisons est devenu  le premier joueur du CRL et CRH à évoluer au cours de quatre décennies, soit un exploit tout à fait remarquable et digne de mention. Il a donc atteint cette marque prestigieuse lors d'un match disputé devant ses partisans face aux Prédateurs du Témiscouata.

Statistique intéressante à noter: parmi tous les joueurs qui ont été protégés par leur formation respective le 15 décembre dernier, 83 d'entre eux (dont 21 chez les As seulement) n'étaient pas encore nées lorsque John Nadeau a débuté sa carrière senior en 1992. 

 

Nadeau est le hockeyeur qui a disputé le plus de parties dans le circuit, soit 562, inscrivant un total impressionnant de 360 buts tout en se méritant 547 mentions d’aide. Il a évolué pendant 26 saisons avec les Panthères alors qu'en 2005-2006, il avait porté les couleurs des Eskimos d’Edmundston pour une seule campagne. Il est à noter qu'il n'a raté seulement qu'une saison dans le circuit, soit en 1995-1996, dû au retrait des Panthères.

Au cours de sa carrière, Nadeau a remporté trois titres en tant que champion pointeur, dont le dernier obtenu en 2001-2002.

Plusieurs identifient John Nadeau comme étant un marqueur naturel et un joueur spectaculaire qui a su démontrer son grand talent sur la patinoire en marquant plusieurs buts sensationnels au cours de sa carrière. Toutefois, il faut admirer ce dernier pour non seulement ce qu’il a été en mesure d'accomplir en tant que joueur, mais surtout pour l'impact qu’il représente auprès de son équipe et sur le CRH en général, surtout en raison de sa grande passion qu'il démontre envers son sport ainsi que la fierté qu'il possède à évoluer auprès de sa communauté. Il a également été très impliqué auprès du hockey mineur alors que ses deux fils Bradly et Joshua brillent également dans ce sport. 

 

Le talentueux #20 a vécu quelques saisons difficiles avec les Panthères, dont celle en 2008-2009 alors que l’équipe avait perdu toutes leurs 30 parties disputées au calendrier. Alors qu’il aurait pu tirer sa révérence à ce moment, Nadeau a décidé de demeurer avec l’équipe malgré le fait qu'elle se retrouvait en pleine reconstruction.

 

Sa présence et sa fougue au jeu avaient grandement reflété sur les plus jeunes joueurs de l'équipe lors de cette campagne difficile. Ces derniers sont cependant devenus des éléments très importants auprès de la formation à l'heure actuelle.

Grâce à sa persévérance et son désir de vouloir représenter son équipe et sa communauté avec fierté, John Nadeau a permis d'instaurer une attitude gagnante auprès de l'organisation, tout en démontrant qu'il fallait demeurer toujours patient et ne jamais reculer devant les défis dans le but d'atteindre le plus grand succès.

 

Ce succès, Nadeau a finalement pu le goûter lors de la saison 2013-2014 alors que pour la toute première fois, il soulevait la prestigieuse Coupe du Président avec les Panthères devant ses nombreux partisans. Il a remporté une deuxième Coupe Gérald-Martin lors de la campagne 2017-2018.
Malgré que les saisons les plus productives de sa carrière sont derrière lui, Nadeau demeure une inspiration pour ses coéquipiers qui le perçoivent comme un véritable leader. Il est assuré que ces derniers seraient très fiers de pouvoir contribuer à une autre Coupe pour le vétéran de l'équipe.


On doit admirer ce que John Nadeau a été en mesure de pouvoir contribuer envers les succès de cette organisation pendant toutes ces saisons. Peu importe ce qu'il réussira à accomplir avec son équipe d'ici la fin, on peut dire qu'il a réussi à gagner le respect et l'admiration de tous. De plus, on peut le proclamer comme étant le plus prolifique marqueur depuis la mise sur pied du CRH; on devra encore attendre longtemps avant de voir un autre joueur atteindre le cap magique des 900 points en carrière ou encore évoluer pendant quatre décennies au niveau senior.

 

John Nadeau sera toujours reconnu comme étant un symbole de persévérance et de succès ainsi qu'un exemple à suivre pour les prochaines générations de hockeyeurs qui défileront au cours des prochaines années dans les rangs du hockey senior ici au nord-ouest.

 

STATISTIQUES OFFICIELLES DE LA CARRIÈRE DE JOHN NADEAU (en saison régulière)

*en date du 2 février 2020

 

1992-1993 : 12 buts; 11 passes pour 23 points
1993-1994 : 16 buts; 13 passes pour 29 points
1994-1995 : 18 buts; 13 passes pour 31 points
1995-1996 : Année sabbatique pour les Panthères
1996-1997 : 23 buts; 18 passes pour 41 points
1997-1998 : 11 buts; 22 passes pour 33 points
1998-1999 : 29 buts; 47 passes pour 76 points (*Champion pointeur du Circuit)
1999-2000 : 42 buts; 46 passes pour 88 points (*Champion pointeur et meilleur franc tireur du Circuit)
2000-2001 : 36 buts; 34 passes pour 70 points
2001-2002 : 25 buts; 59 passes pour 84 points (*Champion pointeur du Circuit)
2002-2003 : 24 buts; 34 passes pour 58 points
2003-2004 : 13 buts; 10 passes pour 23 points
2004-2005 : 12 buts; 23 passes pour 35 points
2005-2006 : 9 buts et 15 passes pour 24 points (avec Edmundston)
2006-2007 : 10 buts; 31 passes pour 41 points
2007-2008 : 8 buts; 21 passes pour 29 points
2008-2009 : 16 buts; 22 passes pour 38 points
2009-2010 : 14 buts; 21 passes pour 35 points
2010-2011 : 12 buts; 17 passes pour 29 points (*blessé)

2011-2012: 9 buts; 34 passes pour 43 points

2012-2013: 5 buts; 20 passes pour 25 points

2013-2014: 7 buts; 11 passes pour 18 points

2014-2015: 5 buts; 16 passes pour 21 points

2015-2016: 1 but; 1 passe pour 2 points

2016-2017: 2 buts; 2 passes pour 4 points
2017-2018: 1 but; 5 passes pour 6 points
2018-2019: 0 but; 1 passe pour 1 point
2019-2020: 0 but; 0 passe pour 0 points (*8 parties jouées)


*TOTAL :
566 parties jouées; 360 buts; 547 passes pour 907 points

 


Commentaire:

QUE CONSTITUE UNE RIVALITÉ DE NOS JOURS?

Par Patrick Thibault

Les rivalités sont bonnes pour le hockey. Ils poussent les joueurs à toujours donner de leur mieux et contribuent à garder l’intérêt des amateurs envers le produit que l’on voit sur la patinoire. Toutefois, nous devons faire attention sur la façon que l’on désire promouvoir une rivalité entre deux équipes, surtout à une époque où l’on vise à éliminer les coups à la tête, les propos et gestes qui n’ont plus leur place dans leur sport, ainsi que pour éviter toute blessure sérieuse à un joueur. Par conséquent, l’image de la ligue et du sport peut en prendre un dur coup.

Le CRH a malheureusement perdu quelques bonnes rivalités au cours des dernières années avec le retrait de certaines formations. Celles opposant Grand-Sault au Bas-Madawaska, St-Basile et St-Jacques ainsi que la rivalité mettant aux prises les équipes du Restigouche-Ouest, soit St-Quentin et Kedgwick, ont contribué à attirer de nombreuses foules ainsi qu’un degré d’intérêt additionnel auprès du circuit. D’autres confrontations du genre se sont toutefois ajoutées en cours de route, même si les rivalités géographiques demeurent les plus attrayantes auprès des partisans.

Peu importe, les rivalités ne sont plus celles d’autrefois. Alors qu’à une certaine époque, on aimait bien faire la promotion d’une rivalité en insistant sur les bagarres et les bons coups d’épaules pour attirer les gens dans les arénas, le hockey a bien changé et ce n’est pas avec la violence que l’on doit tenter de promouvoir ce sport en 2020. À un moment où les inscriptions au hockey mineur sont à la baisse un peu partout, nous devons plutôt promouvoir les rivalités par le talent que nous voyons sur la patinoire; qu’on les déteste ou non, ces joueurs talentueux sont ceux qui méritent davantage notre attention alors que le niveau d’habileté au niveau technique est devenu prioritaire sur le hockey plus physique. Évidemment, il y a encore certaines générations qui ont toujours cette ‘soif’ de violence. D’ailleurs, on les reconnaît immédiatement chaque fois qu’un joueur adverse se retrouve étendu de tout son long sur la patinoire ou que l’un de ses favoris se fait coincer contre la baie vitrée.

Il est difficile de demander à ces gens en question de voir les choses autrement puisqu’il s’agit d’une époque à laquelle ils s’y attachent encore. Pour eux, le hockey n’a pas changé pour le mieux, mais pour le pire. S’ils décident de ne plus assister aux parties pour cette raison, mieux vaut qu’ils demeurent à la maison à regarder les anciennes reprises des confrontations Canadiens/Nordiques ou celles mettant en vedette les ‘Broadstreet Bullies’. Le film Slapshot est une autre option également pour satisfaire ceux qui demeurent encore avec cette soif de violence.

L’important toutefois, c’est de pouvoir attirer les jeunes amateurs dans un environnement qui leur est acceptable et où ils en seront très à l’aise. Si un jeune partisan arrive à la maison et mentionne en premier lieu les bagarres qu’il a vues lors d’un match senior, ce circuit n’a probablement pas fait la promotion appropriée pour pouvoir l’attirer de nouveau. Si par contre il a été épaté par le talent des joueurs, on peut facilement dire mission accomplie.

En tant qu’amateurs, on doit encore s’habituer de voir ces deux groupes distincts lors d’un match de niveau senior, surtout que ce calibre de jeu a toujours eu sa réputation pour être très différent des autres ligues. On a qu’a penser d’ailleurs au produit de la Ligue senior nord-américaine qui peut être attirant pour quelques-uns, mais très troublant pour d’autres. Ce que l’on peut faire cependant pour promouvoir le spectacle d’une autre façon, c’est d’éviter de les surnommer avec des termes incitants la violence comme on faisait à l’époque lorsqu’on mettait l’accent sur la BATAILLE du Québec lorsque les Nordiques et le Canadien s’affrontaient. Ce n’est pas en utilisant les termes ‘bataille’, ‘bagarre’ ou toute autre connotation du genre que l’on parviendra à créer une rivalité en 2020. Il est donc possible de les surnommer autrement, mais surtout de les percevoir d’une autre façon.

Si le hockey a bien changé au fil des ans, le hockey senior doit aussi s’y adapter, tout comme les partisans d’ailleurs. Même les entraîneurs doivent changer leur approche auprès de la nouvelle génération, comme on l’a vu tout récemment auprès de la LNH avec le congédiement de quelques entraîneurs de grande expérience. Que dire aussi du congédiement de Don Cherry qui, avouons-le, en était un qui croyait que le hockey devait toujours se pratiquer comme à son époque: avec violence et intimidation.

Ça ne fait pas toujours l’affaire de tout le monde quand le sport se transforme de la sorte, mais si on désire assurer son avenir et que l’on désire attirer davantage les jeunes joueurs à joindre les rangs seniors, on doit à tout prix éviter de s’accrocher au passé et apprendre à progresser avec le temps.


PAS FACILE ÊTRE UN COACH…

par Patrick Thibault

Les dernières semaines ont été particulièrement difficiles pour les entraîneurs sportifs, autant au niveau amateur que professionnel, alors que plusieurs d’entre eux ont été remerciés de leurs services ou ont dû quitter leurs fonctions pour des raisons quelconques. Celles-ci sont très peu détaillées en public, même si on essaie par tous les moyens de justifier tant bien que mal son point de vue envers une telle décision.

Le CRH n’a pas été épargné par ces vagues de changements derrière le banc. Tout a débuté récemment avec le départ de Jesse Perley auprès du River Valley Thunder et voilà que cette semaine, c’est au tour des As de St-Basile de passer aux actes en nommant un nouvel entraîneur-chef alors que Marco Clavet succède à Bernard Chiasson. Ce dernier avait été à la barre de l’équipe depuis la saison dernière.

Peu importe les raisons, qu’elles soient justifiables ou non, il est toujours difficile pour une organisation de procéder à une transition de la sorte, surtout que nous sommes encore loin d’atteindre la mi-saison dans le circuit. N’oublions pas après tout que les systèmes de jeu varient d’un entraîneur à l’autre et l’adaptation à cet égard peut se faire plus lentement que souhaité.
À l’envers de la médaille, la situation est encore plus difficile pour un entraîneur puisqu’il comprend très mal la décision et se sent trahi par ceux qui l’avaient pourtant grandement appuyé à ses débuts. On dit souvent qu’un entraîneur est embauché pour finalement se faire congédier… il n’y a rien de plus vrai à l’époque où nous vivons actuellement. ‘Hired to be fired’ comme le dit si bien le dicton anglophone.

Autrefois, les joueurs devaient s’adapter à la personnalité de leur entraîneur et ne devaient jamais s’opposer à ses prises de décision. De nos jours, ce sont plutôt les entraîneurs qui doivent ajuster leur façon de faire selon le groupe qu’ils détiennent en main. Ils doivent apprendre à diriger des têtes fortes et des caractères assez bouillants à l’occasion. Puis au lieu de pouvoir corriger ou discipliner ses protégés à sa façon comme c’était autrefois la coutume, l’entraîneur doit toujours éviter les pièges et être en mesure de prendre la critique pour les insuccès de son équipe ou pour tout conflit qui peut survenir en cours de route.

Les entraîneurs qui ont de la difficulté à s’adapter à cette difficile réalité sont souvent laissés à eux-mêmes. Non seulement deviennent-ils le bouc émissaire pour tous les problèmes qui surgissent auprès de l’équipe, mais ils ont souvent les mains liées lorsqu’ils tentent par tous les moyens de réparer les choses à leur manière. Ils viennent ainsi à perdre le support de tous ceux sur qui ils pouvaient compter auparavant dans les moments les plus difficiles. En d’autres mots, le coach peut devenir héros un jour, mais un zéro aux yeux de plusieurs en très peu de temps. Et l’on croyait que seulement les officiels pouvaient vivre un pareil cauchemar!

En 1996, un dénommé Bill Belichick était congédié par les Browns de Cleveland de la NFL pour apparemment avoir été trop ‘dur’ auprès de certains joueurs et pour certaines prises de décisions ‘douteuses’ de sa part, même après avoir guidé cette formation en séries. En héritant d’une telle réputation, quatre longues années se sont écoulées avant qu’une autre équipe puisse lui redonner à nouveau sa chance; depuis son embauche auprès des Patriotes de la Nouvelle-Angleterre, Belichick a remporté le Super Bowl à 6 reprises en plus d’avoir été nommé 3 fois entraîneur de l’année, de quoi à faire regretter la décision prise par les Browns. La place de Belichick au temple de la renommée lui est donc réservée depuis longtemps. Ce qu’il faut retenir dans tout ceci, c’est que si on peut se permettre de congédier une légende de la sorte, personne n’est à l’abri.

Il est possible que d’autres entraîneurs finissent par perdre leur poste d’ici la fin de la saison dans le CRH. Évidemment, on ne le souhaite à personne, mais c’est arrivé plusieurs fois par le passé. Certains ont été mis à la porte en début de saison, avant les séries et même en pleine période du temps des fêtes! Peu importe les raisons, qu’elles soient justifiables ou non, il n’y a jamais un bon temps pour se départir des services d’un entraîneur qui s’est donné cœur et âme auprès de son organisation et qui a sacrifié beaucoup de son temps pour faire en sorte que son équipe puisse atteindre une certaine progression.

Souhaitons seulement que cela n’empêche de futurs entraîneurs, même ceux qui n’ont pas encore fait leurs preuves, de vouloir s’impliquer au niveau senior. Souhaitons aussi que nos jeunes joueurs, soit ceux qui finiront éventuellement par assurer la relève dans le CRH, puissent comprendre que ce n’est pas eux de décider du sort d’un entraîneur. Certains sont mieux placés et mieux qualifiés que d’autres pour prendre de telles décisions et si l’on doit procéder ainsi, il est toujours important de bien analyser au préalable si une décision de la sorte va à l’encontre du bien de la collectivité et si elle profite seulement à une très faible minorité d’individus. Si c’est le cas, la relève pourrait se faire très rare à ce niveau.


QUELQUES MODIFICATIONS EN VUE DE LA PROCHAINE SAISON

 par Patrick Thibault

Lors d’une réunion spéciale du CRH tenue dimanche matin (20 oct.) à Ste-Anne de Madawaska, quelques changements ont été apportés en vue de la prochaine saison, soit la 29e de ce circuit de hockey senior.
Ces changements étaient surtout nécessaires suite au retrait des Castors de St Quentin la semaine dernière, faisant en sorte que le circuit alignera six formations dans ses rangs pour la campagne 2019-2020.

Chaque équipe disputera ainsi un calendrier de 24 parties en saison régulière avec deux matchs supplémentaires à l’horaire opposant les formations les plus rapprochées au niveau géographique. Par conséquent, les équipes de Perth-Andover, Bas-Madawaska et Kedgwick disputeront 6 parties l’une contre l’autre et 4 parties face aux trois autres formations du circuit. Il en va de même pour Témiscouata, Haut-Madawaska et St-Basile qui s’affronteront à 6 reprises et disputeront 4 matchs contre les trois autres équipes.

On y retrouvera également un nouveau format en vue des séries éliminatoires. En effet, on y disputera une première ronde mettant aux prises les équipes suivantes : 1er rang au classement contre la 6e; 2e contre la 5e, 3e contre la 4e. Ces confrontations seront des 4 de 7.
Par la suite, parmi les trois équipes qui auront subi la défaite lors du premier tour, les deux formations qui auront connu le meilleur classement en saison régulière s’affronteront dans une série 2 de 3 alors que l’autre équipe sera éliminée des séries.
Pour ce qui est des trois équipes victorieuses lors de la première ronde, celles-ci seront en attentes avant de connaître leurs prochains adversaires.
La troisième ronde comprendra donc : l’équipe gagnante de la deuxième ronde qui affrontera celle qui sera la mieux classée parmi les trois autres équipes alors que les deux autres formations en viendront aux prises. Dans les deux cas, il s’agira d’un 4 de 7.
Pour ce qui est de la quatrième ronde, il s’agira de la grande finale 4 de 7.

Une décision a été prise également en ce qui a trait aux joueurs appartenant aux Cataractes de Grand-Sault. Alors que ces derniers seront encore une fois absents du circuit cette saison, les joueurs provenant de ce territoire pourront évoluer avec les Draveurs du Bas-Madawaska et le River Valley Thunder de Perth-Andover, devenant ainsi des joueurs locaux auprès de ces deux formations.

Mentionnons en dernier lieu qu’un repêchage a été effectué auprès des joueurs appartenant aux Castors de St Quentin. Les équipes auront la permission d’échanger tout joueur qui aura initialement été repêché.
Voici la liste complète des choix par équipe effectués lors de cette réunion spéciale :

Première ronde :
Eddie Banville (Témiscouata)
Roch Thériault (St-Basile)
Brandon Coulombe (Bas-Madawaska)
Mathieu Labrie (Kedgwick)
Jason Thibault (Perth-Andover)
Francis Poirier (Haut-Madawaska)

Deuxième ronde :
Dannick Thériault (Témiscouata)
Gino Ouellet (St-Basile)
Maxime Cayouette (Bas-Madawaska)
Hugo Thériault (Kedgwick)
Pierre-Luc Thériault (Perth-Andover)
*Haut-Madawaska décide de passer son tour

Troisième ronde :
Simon Thériault (Témiscouata)
Maxime Levesque (St-Basile)
Martin Guitar (Kedgwick)
Zacary Cayouette (Perth-Andover)
*HM et BM passent leur tour

Quatrième ronde :
Maxime Cayouette (gardien) choisi par Kedgwick
Francis Leblanc (Perth-Andover)
*Tém, SB, BM et HM passent leur tour

Cinquième ronde :
Yoan Horth (Kedgwick)
*Toutes les autres équipes passent leur tour

Sixième ronde :
Joël Couturier (Kedgwick)
*Toutes les autres équipes passent leur tour

Rappelons en terminant que le début de la saison régulière est prévu pour la première fin de semaine de novembre. Quelques modifications pourraient encore être apportées à l’horaire cette semaine, mais une fois que le tout sera finalisé, le tout sera publié sur le site web du circuit.


Nouvelle de dernière heure:
LES CASTORS SE RETIRENT DU CIRCUIT POUR LA SAISON 2019-2020

Par l'entremise de leur site Facebook, les Castors de St-Quentin ont laissé savoir qu'ils se retiraient du CRH pour la saison 2019-2020. L'organisation des Castors a d'ailleurs officiellement présentée sa demande au circuit lundi en journée. Voici ce qui a été écrit sur ce site dimanche en soirée:

"Les Castors sont tristes de vous annoncer qu'ils doivent se retirer du Circuit Régional de Hockey pour la saison 2019-2020! Le territoire plus que limité de l'équipe, le départ de certains joueurs pour d'autres ligues et les retraites de quelques vétérans poussent l'organisation des Castors à demander une pause d'un an au CRH dû à un manque de joueurs". 


*en date du 6 octobre
LE CRH SE PRÉPARE À ENTAMER SA 29e SAISON

par Patrick Thibault

Le Circuit Régional de hockey tenait sa conférence de presse annuelle dimanche matin (6 octobre) à l’Édifice municipal de Ste-Anne-de-Madawaska. Les dirigeants du circuit en ont profité pour tracer les grandes lignes de la 29e saison qui prendra son envol au début novembre alors que les responsables de chacune des équipes ont présenté leur alignement respectif en vue de la prochaine campagne.

Normand Thériault a accepté de demeurer en poste à titre de président du circuit, et ce, pour une autre saison. Un individu avait manifesté son intérêt pour le poste, mais celui-ci a retiré sa candidature lors de la réunion qui a précédé la conférence de presse dimanche.
Gilles Moreau a lui aussi accepté de demeurer dans ses fonctions en tant que trésorier, et ce, pour une autre saison également. Alain Martel (premier vice-président), Leroy Turner (2e vice-président) et Véronic Coulombe (secrétaire et statisticienne) seront aussi de retour pour occuper leurs fonctions respectives.

Ce sont sept formations qui composeront le circuit cette saison, soient les Castors de St-Quentin, les Panthères du Haut-Madawaska, les Prédateurs du Témiscouata, le Dynamo de Kedgwick, les As de St-Basile, le River Valley Thunder de Perth-Andover ainsi que les Draveurs du Bas-Madawaska. Ces derniers sont venus bien près de s’absenter des rangs du circuit cette saison en raison d’un manque de bénévoles au niveau de la direction de l’équipe. Cependant, un groupe de gens est parvenu à remettre un bureau de direction sur pied tout récemment et les Draveurs feront bel et bien partie du CRH en 2019-2020. Ce ne sera toutefois pas le cas pour les Ambassadeurs de St-Jacques qui ont demandé la permission au circuit de s’absenter pour une saison afin de leur permettre de se remettre sur pied en vue de la campagne 2020-2021.

Chacune des sept formations disputera un total de 24 parties en saison régulière. Toutes les équipes prendront part aux séries éliminatoires alors qu’un tournoi à la ronde sera disputé entre les formations terminant au 3e, 4e et 5e rang. Deux d’entre elles se qualifieront pour la ronde suivante.
L’horaire officiel de la saison régulière sera disponible prochainement.

Avec le retrait des Ambassadeurs, quelques joueurs de cette formation ont rejoint pour cette saison l’équipe du territoire qu’ils habitent alors que les autres (4) ont été soumis à un repêchage qui a été effectué dimanche matin. En raison de leur dernière position au classement général la saison dernière, les Prédateurs du Témiscouata ont eu l’opportunité de sélectionner en premier lieu et leur choix s’est arrêté sur le gardien de but Jason Turgeon. Voici l’ordre des sélections suivantes : Dominick Levasseur (St-Basile), Mathieu St-Onge (Bas-Madawaska) et Alexandre Bélanger (Kedgwick).

Finalement, mentionnons que la sélection des Joueurs de la semaine fera place plutôt cette saison aux Joueurs du mois. Ceci est dû au fait que le calendrier des parties ne comprendra pas toujours le même nombre de matchs disputés par équipe au cours d’un même week-end. Un classement mensuel sera donc établi à la fin de chaque mois, soit pour novembre, décembre et janvier.

UN APERÇU DES ÉQUIPES EN PRÉSENCE:
Pour la grande majorité des équipes, il est encore trop tôt pour évaluer les forces en présence. La plupart d’entre elles n’ont pas encore eu l’occasion de tenir leur camp d’entraînement et certaines formations sont encore à la recherche de joueurs.
Cependant, voici les grandes lignes ressorties lors de la conférence de presse de dimanche dernier. Une fois que la saison sera débutée, nous présenterons un portrait beaucoup plus complet de toutes les équipes en présence :

ST-QUENTIN
Pour les champions en titre, certains joueurs tardent à signifier leur intention de joindre l’équipe cette saison. L’on confirme cependant trois absents de marque, soit David Crossman et Keith Sexton à la ligne bleue ainsi que le gardien Pierre-Luc Thériault.
Deux nouveaux joueurs s’ajoutent à la formation en tant que joueurs importés, soit le défenseur Mackenzie Keirstead (originaire de St-Jean) ainsi que le gardien de but Daniel Vautour, originaire de St-Louis de Kent. Ces deux joueurs ont déjà évolué au niveau du circuit junior A des maritimes.
Mentionnons toutefois que les Castors sont toujours à la recherche d’un entraîneur-chef en vue de la prochaine campagne.

HAUT-MADAWASKA
Les Panthères aligneront une équipe solide encore une fois en 2019-2020 alors que le noyau de l’équipe sera de retour. De plus, Sylvain Dubé, qui a connu des campagnes très productives en attaque avec les Ambassadeurs de St-Jacques, se joint aux Panthères cette saison en tant que joueur spécial. Il en va de même pour Mathieu Loisel et Sébastien Bernier (également de SJ) qui agiront comme joueurs importés. Le troisième joueur qui entre dans cette catégorie est Adam Laite qui avait porté les couleurs du Haut-Madawaska la saison dernière.

Jordan Moore et Sébastien Gauthier ne seront cependant pas de retour cette saison. Mentionnons que François Caron sera de retour derrière le banc en tant qu’entraîneur.

ST-BASILE
Du côté des As, des pourparlers auront lieu au cours des prochains jours concernant les joueurs des Ambassadeurs qui se retrouvent sur le territoire de St-Basile. La direction de l’équipe confirme toutefois que deux anciens joueurs du circuit junior A des maritimes se joignent à l’équipe, soit Vincent Rioux et Casey Fox. Jonathan Connely sera de retour devant le filet, mais rien n’est encore réglé par rapport aux joueurs importés.
Bernard Chiasson agira encore une fois comme entraîneur-chef de l’équipe.

BAS-MADAWASKA
Les Draveurs devraient aligner le même un noyau de vétérans que lors de la dernière campagne, mais l’on mise surtout sur la présence des jeunes joueurs afin d’assurer la relève à long terme de l’équipe. De retour seront Alexandre Violette, Eric Roy, Jason Martin et le gardien Pierre-Olivier Lemieux. Plusieurs jeunes joueurs, dont certains provenant des rangs interscolaires, s’ajouteront sûrement une fois que s’amorcera le camp d’entraînement de l’équipe.
Soulignons que Mark Cloutier effectue un retour derrière le banc comme entraîneur-chef.

PERTH-ANDOVER
Le River Valley Thunder devrait être compétitif encore une fois, mais l’équipe devra compenser pour la perte de l’as défenseur Luke Gallant. De retour cependant est l’excellent noyau d’attaquants composé entre autres de Peter Trainor, Brandon Parsons, Lachlan MacIntosh et Mike Thomas. Nick Nozzolillo effectue un retour également devant le filet.
Trey Lewis est un nouveau venu qui s’ajoute à la formation. Lewis a déjà occupé le poste de capitaine avec les Moosheads d’Halifax de la LHJMQ, remportant la Coupe memorial avec cette formation la même saison que Nathan MacKinnon (membre de l’Avalanche du Colorado) s’alignait avec l’équipe. Lewis a également disputé quelques saisons au niveau universitaire avec St-François Xavier et UNB.
La direction de l’équipe confirme également que Jesse Perley sera de retour derrière le banc cette saison.

KEDGWICK
Chez le Dynamo de Kedgwick, le noyau de joueurs devrait être le même que l’an dernier. L’équipe pourra ainsi compter sur le duo explosif en attaque de Mathieu Haché et Philippe Nazair. Rémi Savoie sera cependant absent cette saison.
De retour également est l’excellent gardien Adrien Lemay qui devrait être d’office pour la grande majorité des parties devant le filet. Quelques jeunes joueurs devraient aussi joindre la formation cette saison.
Yvon Ouellette occupe la fonction d’entraîneur-chef.

TÉMISCOUATA
Contrairement aux autres formations du circuit, les Prédateurs ont déjà tenu quelques entraînements sur glace.
William Plourde, qui a terminé en tête des marqueurs de l’équipe la saison dernière, sera de retour en tant que joueur importé. Michaël Morin sera aussi de retour après avoir raté la dernière campagne en raison d’une blessure. Sur l’unité offensive, on y retrouvera également Phélix Bossé et Alex Ouellet.
Keven Dubé-Blanchet sera de retour devant le filet et l’on devra attendre pour voir si Jason Turgeon, repêché par l’équipe, viendra lui aussi défendre la cage cette saison. Simon Caron sera pour sa part l’entraîneur-chef de l’équipe.


 

LA LISTE DES CHAMPIONS

2018-2019: Castors de St-Quentin (4-0 vs Perth-Andover)
2017-2018: 
Panthères du Haut-Madawaska (4-0 vs Perth-Andover)
2016-2017: Castors de St-Quentin (4-0 vs Haut-Madawaska)
2015-2016: Castors de St-Quentin (4-1 vs Perth-Andover)
2014-2015: Ambassadeurs de St-Jacques (4-1 vs Perth-Andover)
2013-2014: Panthères du Haut-Madawaska (4-1 vs Témiscouata)
2012-2013: Castors de St-Quentin (4-2 vs Haut-Madawaska)
2011-2012: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs St-Basile)
2010-2011: Draveurs du Bas-Madawaska (4-1 vs Témiscouata)
2009-2010: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs Bas-Madawaska)
2008-2009: Ambassadeurs de St-Jacques (4-2 vs Grand-Sault)
2007-2008: Cataractes de Grand-Sault (4-0 vs St-Jacques)
2006-2007: As de St-Basile (4-1 vs St-Jacques/Madawaska)
2005-2006: Castors de St-Quentin (4-1 vs St-Basile)
2004-2005: As de St-Basile (4-1 vs Edmundston)
2003-2004: Eskimos d'Edmundston (4-3 vs St-Quentin)
2002-2003: As de St-Basile (4-3 vs Edmundston)
2001-2002: Eskimos d'Edmundston (4-3 vs Bas-Madawaska)
2000-2001: As de St-Basile (4-2 vs St-Quentin)
1999-2000: As de St-Basile (4-2 vs Edmundston)
1998-1999: As de St-Basile (4-1 vs Edmundston)
1997-1998: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs St-Basile)
1996-1997: Ambassadeurs de St-Jacques (4-1 vs Kedgwick)
1995-1996: Madawaskayens d'Edmundston (4-1 vs St-Jacques)
1994-1995: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs St-Basile)
1993-1994: Ambassadeurs de St-Jacques (4-1 vs St-Basile)
1992-1993: Cataractes de Grand-Sault (4-2 vs St-Jacques)
1991-1992: Cataractes de Grand-Sault (4-3 vs St-Quentin)


Commentaire:

LES FAMEUSES RÈGLES NON-ÉCRITES DU HOCKEY

Par Patrick Thibault

Photo: Les bagarres violentes surviennent la plupart du temps lorsqu’une équipe a omis de respecter l’une des règles non-écrites du hockey

À l’approche des séries éliminatoires, l’intensité monte toujours d’un cran, sans oublier que les équipes deviennent beaucoup plus sensibles envers certains agissements ou modes de conduite qui pourraient déranger davantage leurs adversaires à ce temps précis de la saison. Il s’agit de règles non-écrites du hockey, soit celles que l’on ne retrouve pas dans le livre officiel de règlements, mais qui doivent tout de même être suivies à la lettre si on veut éviter de lourdes conséquences.

Que ce soit au niveau amateur ou professionnel, tout joueur doit être conscient des gestes qu’il ne doit jamais commettre face à un adversaire. Si un joueur ose briser l’une de ces règles, il doit être prêt à en payer le prix. Voici, selon moi, les dix règles de conduite les plus importantes que les joueurs et les équipes doivent apprendre à respecter:

*Ça prend toujours deux joueurs pour engager un combat. Si l’un d’entre eux décide de ne pas laisser tomber les gants, on vient soudainement briser un code très important qui existe entre deux bagarreurs. Il y a quand même un certain respect qui doit exister entre les deux pugilistes.

*Il est également important qu’un joueur puisse choisir convenablement avec qui entreprendre un combat. En effet, celui qui possède le rôle ‘d'homme fort’ ne doit jamais toucher aux joueurs vedettes de l’équipe adverse. Il doit aussi éviter de s’en prendre aux plus petits que lui, une autre règle qui doit être respectée sans faute.

*Un autre point important en ce qui concerne une bagarre entre deux joueurs : on ne doit jamais frapper son adversaire si ce dernier est tombé sur la patinoire. Celui qui n’obéit pas à ce code sera perçu comme étant un joueur ‘salaud’.

*Lorsqu’un joueur s’approche du gardien à toute vitesse, il doit éviter de freiner brusquement devant celui-ci pour ne pas lui envoyer de la neige au visage. Si le joueur en question manque à cette règle, il risque de subir de lourdes conséquences de la part de l’équipe adverse.

*Une autre erreur qu’un joueur ne devrait jamais commettre devant un gardien de but, c’est de lancer la rondelle en sa direction une fois que le sifflet se fait entendre. Non seulement pourrait-il blesser le gardien, mais cela constitue un manque de respect flagrant qui démontre du même coup une mauvaise intention de la part du joueur en question.

*Un joueur a le droit de célébrer après un but, mais il doit choisir ses moments. Il doit éviter de démontrer de l’enthousiasme après avoir marqué dans un filet désert ou lorsque son équipe possède une avance très considérable. S’il n'obéit pas à cette règle, l’équipe adverse se vengera sûrement.

*La poignée de main traditionnelle est une marque de respect obligatoire entre deux équipes, même si ce règlement n'est pas écrit dans le grand livre. Peu importe si deux joueurs se sont frappés pendant les sept rencontres d'une série, ces derniers doivent se féliciter l’un et l’autre pour avoir démontré autant de combativité.

*Lorsqu’une équipe possède une avance jugée insurmontable, elle doit faire attention pour ne pas presser le jeu davantage. Si on est en possession de la rondelle en territoire adverse, il est mieux de contrôler le jeu en évitant de lancer trop souvent en direction du filet. On doit faire attention aussi pour ne pas envoyer nos meilleurs éléments sur la patinoire tard dans la rencontre quand le match est hors de portée de l'adversaire. Ce code est probablement celui que l’entraîneur peut davantage contrôler à sa guise. Les équipes ont la mémoire longue lorsque ce code n'est pas respecté.

*Durant la période de réchauffement, il est primordial que les deux équipes évitent de traverser la ligne centrale. On ne doit pas non plus intentionnellement lancer une rondelle dans l’autre zone. Ces actions démontrent un signe d’agression de la part de l’équipe fautive.

*Il y a également certaines règles de conduite qui existent entre coéquipiers. L’une d’entre elles veut que tout ce qui se passe dans le vestiaire demeure dans le vestiaire. Aussi, lors de la période de réchauffement, il ne faut jamais lancer à la hauteur de la tête vers son propre gardien de but. Même si on ne verra pas de bagarres entre joueurs de la même équipe se produire sur la patinoire, il est certain que le joueur fautif se fera parler dans le blanc des yeux en privé par ses coéquipiers et ses entraîneurs.


Commentaire: 

DEUX ASPECTS SOUVENT NÉGLIGÉS AUPRÈS DU SUCCÈS D’UNE ÉQUIPE

Par Patrick Thibault

Photos: Mark Messier et Tom Brady ont chacun été considérés de véritables leaders sur le plan sportif

L’on dit souvent que les meilleures formations sont souvent celles ayant la meilleure attaque ou encore la meilleure défensive. On va même à dire que le talent constitue la raison première du succès d’une équipe. Tout cela est vrai évidemment, mais on a souvent tendance à oublier deux éléments clés qui permettent à tous ces éléments de ressortir davantage.

En premier lieu, mentionnons que le leadership est sans contredit un critère essentiel pour n'importe quelle équipe sportive qui souhaite aspirer aux grands honneurs. Lorsque celle-ci est capable de s’entourer d’un ou plusieurs leaders qui permettent aux autres membres de la formation à ressortir le meilleur d’eux-mêmes, les chances d’atteindre le succès augmentent de façon considérable.

Un bon leader se distingue avant tout comme étant celui qui est capable d'inspirer les autres vers un objectif commun, autant par ses paroles que par ses actions. Le leader est aussi celui qui ne craint pas d'affronter l'adversité et qui sait calmer son entourage lorsque la situation l'exige, sans oublier qu’il doit aussi être considéré comme étant un excellent communicateur.
Nous avons toujours tendance à croire que seul le capitaine peut se lever debout dans le vestiaire pour engager la discussion quand les choses vont moins bien. Cela est complètement faux! Même le capitaine doit avoir des alliés pour faire passer son message sinon, ses qualités de leadership ne valent plus rien. Si celui qui porte le 'C' sur son chandail doit montrer l'exemple, les autres leaders auprès de l'équipe doivent le supporter dans ses efforts, en étant eux aussi de très bons communicateurs. Cette dernière caractéristique définit vraiment à quel point une équipe demeurera unie dans l'atteinte de ses objectifs.

Un leader doit aussi demeurer très humble dans ses propos et ses actions. Celui qui passe toujours le bien de l'équipe avant ses intérêts personnels obtiendra sûrement la confiance de plusieurs, dont celle de ses entraîneurs. De plus, il est important que ces athlètes demeurent optimistes et positifs face à n'importe quelle situation. Une équipe qui se cherche des excuses au lieu de trouver des solutions n'avance jamais dans la bonne direction. Le leader doit ainsi s'assurer que tout le monde demeure sur la même voie en cherchant avant tout à résoudre les problèmes qui surgissent et non à vouloir en créer.

En second lieu, jamais l’on ne pourra admettre à quel point l’acceptation des rôles est essentiel envers le succès d’une équipe.
La formation qui aligne des athlètes talentueux est un avantage sûrement, même une nécessité si on désire atteindre le sommet dans son sport. Toutefois, il est encore plus important de mettre davantage l’accent envers le développement de tous les athlètes, sans exception, surtout auprès de ceux qui ne possèdent pas ce talent naturel. Il est évident que certains sont limités à ce niveau mais la force d’une équipe se fait souvent par les rôles que certains sont en mesure de pouvoir accomplir pour faire ressortir le meilleur de l’équipe.
Il suffit d’expliquer aux athlètes qu’une équipe sportive, c’est comme une troupe de théâtre: peu importe si on possède un rôle principal ou secondaire, l’important, c’est de toujours donner la meilleure performance possible afin que tout devienne un succès auprès de la collectivité. Aussi, il est important de comprendre qu’il vaut mieux avoir des joueurs qui forment une équipe talentueuse au lieu d’une équipe qui est bâtie uniquement autour de joueurs talentueux.

La clé du succès d’une bonne équipe, c’est de faire comprendre aux joueurs en présence qu’il est important de ressortir ses forces sur le plan personnel afin de pouvoir contribuer aux succès de leur formation. Il n’y a pas de place pour des athlètes égoïstes ou ceux qui désirent devenir la vedette de leur équipe.
Évidemment, il devient important de mettre son orgueil de côté à cet égard et demeurer très discipliné dans l’atteinte de ses objectifs ainsi qu'auprès de celles de son équipe. L’athlète est d’abord le premier grand responsable de sa propre conduite. Il doit apprendre à suivre les règles et s’adapter aux conditions mises en place par le personnel d’entraîneurs. Par la suite, si tous suivent dans la même direction, la discipline devrait ressortir au niveau de toute l’équipe.

Le leadership ainsi que l’acceptation des rôles ressortent davantage quand l’enjeu devient encore plus important. À l’approche des séries éliminatoires, il s’agit sûrement de deux éléments clés qui pourraient faire pencher la balance lorsque l’intensité et la pression montent d’un cran.


 Commentaire: 

L’INTIMIDATION CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES DANS LE MILIEU SPORTIF

Par Patrick Thibault

Photo: Maxime Comtois a été victime de menaces et d'intimidation à travers les différents médias sociaux suivant la défaite du Canada lors du championnat mondial de hockey junior

L’on doit avouer que les médias sociaux prennent énormément de place auprès de notre société, tellement qu’il s’agit d’un véritable mode de vie pour la grande majorité des gens. Tout s’y retrouve : nos joies, nos peines, nos inquiétudes et même nos frustrations par moments. On s’en sert aussi malheureusement pour propager de fausses rumeurs au sujet de certaines personnes, pour porter un jugement ou des accusations à leur endroit sans véritablement les connaître davantage ou tout simplement pour intimider les gens les plus vulnérables.
On mentionne que ceux qui se servent des réseaux sociaux pour faire de l’intimidation sont en principe des personnes possédant un faible estime de soi et qui se servent d’une telle tribune pour vouloir remonter leur image en abaissant celle des autres. Au lieu de démontrer une certaine compassion, on préfère se réjouir dans le malheur des autres. On pense toujours que c’est très amusant au départ; d’ailleurs, faire rire les autres demeure l’objectif principal, croyant que tout le monde va embarquer dans un tel jeu. On s’aperçoit que l’on est allé trop loin seulement quand la réputation des victimes a été grandement atteinte, ou même parfois celle de l’intimidateur en question. Puis lorsqu’on est rendu aux menaces verbales et physiques, tout devient moins drôle.

Dans le cas de Maxime Comtois, appelons-le comme on le veut : il peut s’agir de haine en raison de sa langue ou sa provenance ou que l’on s’est servi de lui tout simplement comme le bouc-émissaire pour expliquer la contre-performance d’Équipe Canada lors du championnat mondial junior. Peu importe, il faut être imbécile pour insinuer que ce jeune homme a voulu perdre parce qu’il n’aimait pas son pays. Que l’on soit anglophone ou francophone, porter la feuille d’érable sur son chandail lors d’un événement sportif aussi grandiose représente une fierté et un tremplin important pour quiconque désire connaître une carrière de premier plan au niveau professionnel. Maxime Comtois, malgré tous ses défauts, a démontré beaucoup d’énergie et d’intensité sur la patinoire à chacune de ses présences, et ce, malgré le fait d’avoir été blessé pendant la tenue du tournoi. Puis si nous étions à sa place, avec la victoire au bout du bâton comme ce fut le cas en surtemps contre la Finlande, personne n’aurait pu faire mieux avec autant de pression sur le dos.

On s’en est pris à lui pour chercher des explications face à la défaite. Pourtant, l’équipe n’avait pas marqué beaucoup de buts depuis le tout premier match de la ronde préliminaire face au Danemark. Faut avouer également que le système de jeu hermétique préconisé par l’entraîneur Tim Hunter ainsi que le manque d’efficacité sur le jeu de puissance n’était pas à la hauteur pour contrer des formations aussi rapides comme les Russes, les Américains et les Finlandais. Que dire aussi de la sélection des joueurs? Avions-nous vraiment les meilleurs éléments du pays qui en faisait partie? Malgré le fait que le Canada a été très compétitif lors de ce tournoi, on aurait pu faire un meilleur travail pour combler les lacunes qui semblaient pourtant très évidentes. Pauvre Maxime Comtois… apparemment que tout était de sa faute!

L’intimidation dans le milieu sportif existe depuis toujours, que ce soit au niveau amateur ou professionnel. On en retrouve non seulement auprès des joueurs, mais également à l’endroit des officiels. Les gens s’amusent à leurs dépens en leur criant toutes sortes de bêtises à partir des gradins dans l’espoir d’en apporter d’autres dans leur jeu. S’ils étaient seuls dans l’aréna cependant, je doute fort qu’ils soient aussi courageux. Toutefois, avec la venue des médias sociaux, une seule personne assez souvent peut partir toute une polémique à l’aide de propos désobligeants à l’endroit d’un athlète ou d’un officiel… puis les gens les plus naïfs suivent le pas.

Il y a quelques années, alors que le CRL avait mis sur pied son tout premier site web, on y retrouvait un forum de discussions où les gens pouvaient émettre leurs commentaires. Même si certains d’entre eux écrivaient des propos très raisonnables et civilisés, une certaine minorité en ont profité pour faire des attaques personnelles sur certains joueurs, officiels et administrateurs du circuit. Le CRL a donc demandé carrément de fermer ce forum de discussion. Après tout, on y visait des pères de famille, des bénévoles et dans la grande majorité des cas, de jeunes joueurs comme Maxime Comtois qui jouait le sport tout simplement pour la passion et la fierté. Alors pour ceux et celles qui se sont déjà demandé pourquoi le site web actuel du CRH ne possède pas un tel forum de discussion, vous en avez la réponse.

L’on ne parviendra jamais à contrer l’intimidation dans les nombreux arénas du pays. On peut toutefois tenter de sensibiliser les gens que leurs propos peuvent faire beaucoup plus de mal que de bien, non seulement envers les victimes en question, mais aussi auprès des proches des personnes qui s’amusent à un tel jeu. Il est possible que l’on soit frustré par moments en raison de la défaite de nos favoris ou encore d’une décision apportée par un officiel. S’agit-il vraiment de l’unique raison pourquoi l’équipe a perdu? Sommes-nous arrivés au point de considérer le sport comme un lieu où la victoire doit prédominer à tout prix? Puis que pensent les plus jeunes lorsque les adultes se comportent ainsi?
Encore une fois, il sera impossible de contrer l’intimidation dans le milieu sportif actuel, surtout avec tout cet accès que nous obtenons auprès des médias sociaux. Gardons cependant espoir que la prochaine génération aura été suffisamment sensibilisée et aura eu assez honte de voir certains de leurs proches agir comme de véritables imbéciles lors d’un événement sportif. Puis les gens qui deviendront les mieux sensibilisés à cet égard seront ceux et celles qui auront été victimes de tels gestes d’intimidation à leur endroit.

C’est donc tout à notre avantage de montrer le bon exemple. Même si on ne peut pas le faire auprès de tous, on finira peut-être à faire comprendre à certains que le hockey n’est qu’un simple jeu où aucune vie n’en dépend... personne ne mérite de se faire abaisser de la sorte et de se faire montrer du doigt pour une défaite. Le hockey est un sport d’équipe et il est impossible qu’un seul individu soit responsable de toutes les erreurs qui ont été commises sur la patinoire pendant toute la durée d’une partie.
Avec un peu plus de compassion envers les autres, probablement que les intimidateurs de ce monde finiront par se retrouver seuls dans leur petit monde très misérable.


 Commentaire: 

QUAND LA LOYAUTÉ DEVIENT MOINS IMPORTANTE

par Patrick Thibault

Lorsque Jacques Cormier ainsi que les frères Tommy et Billy Bezeau ont tous pris la décision de quitter les Panthères du Haut-Madawaska avec à peine quatre semaines d’écoulées en saison régulière, le débat sur les joueurs importés dans le CRH a pris une tangente tout à fait différente.
Certains prétendent que ces hockeyeurs permettent au circuit d’atteindre un niveau de compétition sans pareille alors que d’autres croient plutôt que ces joueurs nuisent considérablement à l’avenir du circuit, surtout en raison des répercussions que leur présence semble avoir au détriment du produit local.
Peu importe de quel côté on désire pencher sur le sujet, la mésaventure qu’ont connue les Panthères tout récemment nous rappelle à quel point l’on a tendance à sous-estimer une certaine qualité que nul autre que les joueurs locaux ou ceux qui sont issus d'une même région possèdent plus que tout: la loyauté.

Il semble donc exister deux catégories de joueurs au niveau du hockey senior. On retrouve ceux qui jouent pour le plaisir et la fierté de représenter l’équipe de leur communauté et ceux qui jouent pour en retirer le meilleur avantage possible. Cette dernière catégorie existe depuis très longtemps et elle en est grandement responsable de tous les problèmes qui surviennent à l’intérieur d’une ligue de la sorte.
Toutefois, avant de pointer du doigt tous ces joueurs provenant de l'extérieur de la région qui ont été nombreux à défiler dans le CRH au fil des ans, mentionnons que ce sont les équipes qui se sont donné le droit de les ajouter à leur formation. Même si le nombre de joueurs importés a été modifié à l’occasion selon la constitution du circuit, leur présence fait beaucoup réagir puisqu’ils demandent après tout d’obtenir ‘certains avantages’ en comparaison des autres, ce que certaines formations ne sont pas capables d’offrir. Pourtant, comme certaines ligues seniors au Nouveau-Brunswick l’ont appris à leurs dépens, l’ajout de hockeyeurs importés peut entraîner de lourdes conséquences. En raison de leur talent, ces joueurs possèdent beaucoup de pouvoir de négociation auprès de leur formation respective, jusqu'au moment où l'on ne peut plus satisfaire à leurs demandes. C'est donc à partir de ce moment que la loyauté auprès d’une équipe importe très peu.

Pour le joueur provenant d'une même localité, jouer au hockey prend une tout autre signification. Ils sont avant tout très fiers de porter les couleurs de l’équipe de leur patelin et tiennent à cœur leur implication auprès de la communauté. Même s’ils ne possèdent pas tous le même talent que certains joueurs de grande renommée dans le circuit, on peut toujours compter sur eux pour appuyer leur équipe et leurs coéquipiers jusqu’au bout.

Mettons toutefois une chose bien au clair: certains joueurs provenant de l’extérieur de la région se sont très bien intégrés auprès de nos communautés; certains ont même décidé de s’y établir à tout jamais et la grande majorité d'entre eux ont été la pierre angulaire auprès des succès de leur formation respective. Leur présence auprès du circuit attire davantage les amateurs qui sont en grand nombre à vouloir admirer leur grand talent de hockeyeur. Après tout, certains d’entre eux détiennent un pedigree assez important, ayant évolué par le passé au niveau junior majeur, collégial ou même professionnel. Les Panthères ne sont pas les seuls à avoir subi le même sort par le passé et ne seront malheureusement pas les derniers. D’autres équipes ont aussi dû compenser avec des départs précipités de la sorte, surtout parce que ces joueurs en question avaient reçu de meilleures offres pour évoluer ailleurs.

Alors les deux questions importantes que l’on doit se poser à cet égard sont les suivantes: peut-on compter sur la loyauté de ces joueurs considérés importés? Leur attachement auprès d'une équipe est-il aussi fort que pour un joueur provenant d'un même territoire? Après tout, l’important n’est pas toujours de bâtir son équipe avec les meilleurs joueurs disponibles, mais plutôt de bâtir avec les joueurs qui sont disponibles à vouloir former la meilleure équipe. Même si certains joueurs locaux ne sont pas tous munis d’un talent exceptionnel, du moins l’on peut compter sur leur présence pas mal plus souvent. Il ne suffit que de leur donner la chance de se faire valoir davantage.