Résultats et Nouvelles / Results and News

Subscribe to our Newsletter

News

Nouvelle de dernière heure:
LES CASTORS SE RETIRENT DU CIRCUIT POUR LA SAISON 2019-2020

Par l'entremise de leur site Facebook, les Castors de St-Quentin ont laissé savoir qu'ils se retiraient du CRH pour la saison 2019-2020. L'organisation des Castors a d'ailleurs officiellement présentée sa demande au circuit lundi en journée. Voici ce qui a été écrit sur ce site dimanche en soirée:

"Les Castors sont tristes de vous annoncer qu'ils doivent se retirer du Circuit Régional de Hockey pour la saison 2019-2020! Le territoire plus que limité de l'équipe, le départ de certains joueurs pour d'autres ligues et les retraites de quelques vétérans poussent l'organisation des Castors à demander une pause d'un an au CRH dû à un manque de joueurs". 


*en date du 6 octobre
LE CRH SE PRÉPARE À ENTAMER SA 29e SAISON

par Patrick Thibault

Le Circuit Régional de hockey tenait sa conférence de presse annuelle dimanche matin (6 octobre) à l’Édifice municipal de Ste-Anne-de-Madawaska. Les dirigeants du circuit en ont profité pour tracer les grandes lignes de la 29e saison qui prendra son envol au début novembre alors que les responsables de chacune des équipes ont présenté leur alignement respectif en vue de la prochaine campagne.

Normand Thériault a accepté de demeurer en poste à titre de président du circuit, et ce, pour une autre saison. Un individu avait manifesté son intérêt pour le poste, mais celui-ci a retiré sa candidature lors de la réunion qui a précédé la conférence de presse dimanche.
Gilles Moreau a lui aussi accepté de demeurer dans ses fonctions en tant que trésorier, et ce, pour une autre saison également. Alain Martel (premier vice-président), Leroy Turner (2e vice-président) et Véronic Coulombe (secrétaire et statisticienne) seront aussi de retour pour occuper leurs fonctions respectives.

Ce sont sept formations qui composeront le circuit cette saison, soient les Castors de St-Quentin, les Panthères du Haut-Madawaska, les Prédateurs du Témiscouata, le Dynamo de Kedgwick, les As de St-Basile, le River Valley Thunder de Perth-Andover ainsi que les Draveurs du Bas-Madawaska. Ces derniers sont venus bien près de s’absenter des rangs du circuit cette saison en raison d’un manque de bénévoles au niveau de la direction de l’équipe. Cependant, un groupe de gens est parvenu à remettre un bureau de direction sur pied tout récemment et les Draveurs feront bel et bien partie du CRH en 2019-2020. Ce ne sera toutefois pas le cas pour les Ambassadeurs de St-Jacques qui ont demandé la permission au circuit de s’absenter pour une saison afin de leur permettre de se remettre sur pied en vue de la campagne 2020-2021.

Chacune des sept formations disputera un total de 24 parties en saison régulière. Toutes les équipes prendront part aux séries éliminatoires alors qu’un tournoi à la ronde sera disputé entre les formations terminant au 3e, 4e et 5e rang. Deux d’entre elles se qualifieront pour la ronde suivante.
L’horaire officiel de la saison régulière sera disponible prochainement.

Avec le retrait des Ambassadeurs, quelques joueurs de cette formation ont rejoint pour cette saison l’équipe du territoire qu’ils habitent alors que les autres (4) ont été soumis à un repêchage qui a été effectué dimanche matin. En raison de leur dernière position au classement général la saison dernière, les Prédateurs du Témiscouata ont eu l’opportunité de sélectionner en premier lieu et leur choix s’est arrêté sur le gardien de but Jason Turgeon. Voici l’ordre des sélections suivantes : Dominick Levasseur (St-Basile), Mathieu St-Onge (Bas-Madawaska) et Alexandre Bélanger (Kedgwick).

Finalement, mentionnons que la sélection des Joueurs de la semaine fera place plutôt cette saison aux Joueurs du mois. Ceci est dû au fait que le calendrier des parties ne comprendra pas toujours le même nombre de matchs disputés par équipe au cours d’un même week-end. Un classement mensuel sera donc établi à la fin de chaque mois, soit pour novembre, décembre et janvier.

UN APERÇU DES ÉQUIPES EN PRÉSENCE:
Pour la grande majorité des équipes, il est encore trop tôt pour évaluer les forces en présence. La plupart d’entre elles n’ont pas encore eu l’occasion de tenir leur camp d’entraînement et certaines formations sont encore à la recherche de joueurs.
Cependant, voici les grandes lignes ressorties lors de la conférence de presse de dimanche dernier. Une fois que la saison sera débutée, nous présenterons un portrait beaucoup plus complet de toutes les équipes en présence :

ST-QUENTIN
Pour les champions en titre, certains joueurs tardent à signifier leur intention de joindre l’équipe cette saison. L’on confirme cependant trois absents de marque, soit David Crossman et Keith Sexton à la ligne bleue ainsi que le gardien Pierre-Luc Thériault.
Deux nouveaux joueurs s’ajoutent à la formation en tant que joueurs importés, soit le défenseur Mackenzie Keirstead (originaire de St-Jean) ainsi que le gardien de but Daniel Vautour, originaire de St-Louis de Kent. Ces deux joueurs ont déjà évolué au niveau du circuit junior A des maritimes.
Mentionnons toutefois que les Castors sont toujours à la recherche d’un entraîneur-chef en vue de la prochaine campagne.

HAUT-MADAWASKA
Les Panthères aligneront une équipe solide encore une fois en 2019-2020 alors que le noyau de l’équipe sera de retour. De plus, Sylvain Dubé, qui a connu des campagnes très productives en attaque avec les Ambassadeurs de St-Jacques, se joint aux Panthères cette saison en tant que joueur spécial. Il en va de même pour Mathieu Loisel et Sébastien Bernier (également de SJ) qui agiront comme joueurs importés. Le troisième joueur qui entre dans cette catégorie est Adam Laite qui avait porté les couleurs du Haut-Madawaska la saison dernière.

Jordan Moore et Sébastien Gauthier ne seront cependant pas de retour cette saison. Mentionnons que François Caron sera de retour derrière le banc en tant qu’entraîneur.

ST-BASILE
Du côté des As, des pourparlers auront lieu au cours des prochains jours concernant les joueurs des Ambassadeurs qui se retrouvent sur le territoire de St-Basile. La direction de l’équipe confirme toutefois que deux anciens joueurs du circuit junior A des maritimes se joignent à l’équipe, soit Vincent Rioux et Casey Fox. Jonathan Connely sera de retour devant le filet, mais rien n’est encore réglé par rapport aux joueurs importés.
Bernard Chiasson agira encore une fois comme entraîneur-chef de l’équipe.

BAS-MADAWASKA
Les Draveurs devraient aligner le même un noyau de vétérans que lors de la dernière campagne, mais l’on mise surtout sur la présence des jeunes joueurs afin d’assurer la relève à long terme de l’équipe. De retour seront Alexandre Violette, Eric Roy, Jason Martin et le gardien Pierre-Olivier Lemieux. Plusieurs jeunes joueurs, dont certains provenant des rangs interscolaires, s’ajouteront sûrement une fois que s’amorcera le camp d’entraînement de l’équipe.
Soulignons que Mark Cloutier effectue un retour derrière le banc comme entraîneur-chef.

PERTH-ANDOVER
Le River Valley Thunder devrait être compétitif encore une fois, mais l’équipe devra compenser pour la perte de l’as défenseur Luke Gallant. De retour cependant est l’excellent noyau d’attaquants composé entre autres de Peter Trainor, Brandon Parsons, Lachlan MacIntosh et Mike Thomas. Nick Nozzolillo effectue un retour également devant le filet.
Trey Lewis est un nouveau venu qui s’ajoute à la formation. Lewis a déjà occupé le poste de capitaine avec les Moosheads d’Halifax de la LHJMQ, remportant la Coupe memorial avec cette formation la même saison que Nathan MacKinnon (membre de l’Avalanche du Colorado) s’alignait avec l’équipe. Lewis a également disputé quelques saisons au niveau universitaire avec St-François Xavier et UNB.
La direction de l’équipe confirme également que Jesse Perley sera de retour derrière le banc cette saison.

KEDGWICK
Chez le Dynamo de Kedgwick, le noyau de joueurs devrait être le même que l’an dernier. L’équipe pourra ainsi compter sur le duo explosif en attaque de Mathieu Haché et Philippe Nazair. Rémi Savoie sera cependant absent cette saison.
De retour également est l’excellent gardien Adrien Lemay qui devrait être d’office pour la grande majorité des parties devant le filet. Quelques jeunes joueurs devraient aussi joindre la formation cette saison.
Yvon Ouellette occupe la fonction d’entraîneur-chef.

TÉMISCOUATA
Contrairement aux autres formations du circuit, les Prédateurs ont déjà tenu quelques entraînements sur glace.
William Plourde, qui a terminé en tête des marqueurs de l’équipe la saison dernière, sera de retour en tant que joueur importé. Michaël Morin sera aussi de retour après avoir raté la dernière campagne en raison d’une blessure. Sur l’unité offensive, on y retrouvera également Phélix Bossé et Alex Ouellet.
Keven Dubé-Blanchet sera de retour devant le filet et l’on devra attendre pour voir si Jason Turgeon, repêché par l’équipe, viendra lui aussi défendre la cage cette saison. Simon Caron sera pour sa part l’entraîneur-chef de l’équipe.


LES DRAVEURS FERONT ENCORE PARTIE DU CRH EN 2019-2020
(*en date du 2 octobre)

Les Draveurs du Bas-Madawaska feront encore partie du circuit cette saison. La confirmation officielle est parvenue à la ligue mardi en journée. On y retrouvera donc 7 formations pour débuter la 29e saison du circuit.

Plus de détails à venir suivant la réunion et conférence de presse du circuit qui aura dimanche le 6 octobre du côté de Ste-Anne de Madawaska.

Rappelons que le mois dernier, le Circuit Régional de hockey a reçu une lettre de confirmation de la part des Ambassadeurs de St-Jacques demandant une année sabbatique pour la campagne 2019-2020.
Les Ambassadeurs demandent une saison d’absence dans le but de leur permettre d’avoir le temps nécessaire pour trouver des gens volontaires pour prendre en main l’organisation en 2020-2021.

Patrick Thibault (CRH)


Un reportage complet sur le tournoi de la COUPE ALLAN est disponible dans la section ABOUT... voir menu plus haut


UNE 5e COUPE POUR LES CASTORS!

Par Patrick Thibault

Photo: Contre toute attente, les Castors de St-Quentin ont réussi à mettre la main sur la Coupe Gérald-Martin pour la 5e fois de leur histoire (contribution Gilles Duval)

ST-QUENTIN -- Les Castors de St-Quentin ont comblé leurs nombreux partisans vendredi soir, revenant de l'arrière encore une fois en troisième période pour disposer du River Valley Thunder de Perth-Andover au compte de 9-7, mettant ainsi la main sur la Coupe Gérald-Martin pour la 5e fois de leur histoire.

Olivier Gendron est celui qui est parvenu à briser une égalité de 7-7 à 17:40 en troisième période, permettant aux Castors de remporter une quatrième victoire consécutive dans cette confrontation 4 de 7. En terminant au 4e rang du classement en saison régulière, la formation de Restigouche-Ouest a déjoué tous les pronostics, disposant coup sur coup des équipes de 1re et 3e positions au classement général.

Au terme du premier engagement vendredi soir, personne ne s'attendait vraiment à ce que l'on assiste à un tel festival offensif alors qu'aucun but n'avait été enregistré lors des vingt premières minutes de jeu dans cette rencontre. Le Thunder a sonné la charge très tôt lors de la période médiane en y allant de deux buts sans réplique avant que les Castors assurent la riposte avec 4 buts à leur tour. Les visiteurs ont cependant réussi à niveler la marque avant la fin de la période, portant le compte 4-4.

Les deux équipes se sont partagé les buts en troisième période alors que le Thunder a réussi à prendre l'avance en trois occasions, sans toutefois parvenir à sceller l'issue du match. Brandon Parsons avait procuré les devants 7-6 à Perth-Andover à 13:36, mais avec moins de trois minutes à écouler en temps réglementaire, les Castors ont ouvert la machine: Bryce Milson a égalisé le pointage à 17:13 avec son 4e but de la série finale alors que seulement 37 secondes plus tard, Olivier Gendron procurait les devants pour de bon aux Castors. Gendron allait ajouter le filet d'assurance pour sa formation à 18:53.

Brandon Coulombe a obtenu un tour du chapeau du côté des vainqueurs en plus d'ajouter 2 aides à sa soirée de travail. Eddie Banville a pour sa part récolté 7 points à sa fiche avec une solide prestation de 1 but et 6 mentions d'aide. Bryce Milson (2b 2p) et Jason Thibault ont été les autres marqueurs pour St-Quentin.
La réplique du Thunder est venue de Mike Thomas (2b 1p), Zack Foster (1b 2p), Brandon Parsons (1b 2p), Peter Trainor, Ben Dee et Luke Gallant.
Pierre-Luc Thériault a récolté le gain devant le filet alors que son vis-à-vis, Nick Nozzolillo, subissait un 4e revers consécutif devant la cage du Thunder.

Il va sans dire que les Castors ont été les plus opportunistes dans cette série. Ils ont d'ailleurs inscrit pas moins de 12 buts en 3e période ou en surtemps en plus d'enregistrer 5 filets en supériorité numérique. Le premier trio offensif a été tout à fait sensationnel, récoltant pas moins de 14 des 24 buts marqués au total par les Castors. Eddie Banville a amassé 12 points à sa fiche avec une performance de 4 buts et 8 aides alors que Brandon Coulombe (6b 5p) et Bryce Milson (4b 7p) ont également contribué largement à cette explosion en attaque de la part du premier trio.
Peter Trainor a été le meilleur pointeur pour Perth-Andover avec 4 buts et 5 passes pour 9 points, suivi de Brandon Parsons (5b 3p) et Mike Thomas (4b 3p).

Photo: Mathieu Labrie a été nommé le Joueur le plus utile de la série finale. Il reçoit son trophée des mains du vice-président du circuit, Alain Martel (photo contribution)

C'est le défenseur Mathieu Labrie qui fut choisi le Joueur le plus utile de la série finale. Même s'il a réussi à contribuer sur le plan offensif avec un dossier de 2 buts et 3 mentions d'assistance, c'est surtout son rendement à la ligne bleue ainsi que son implication constante dans les moments les plus opportuns qui lui a valu cette prestigieuse récompense.

Pour le River Valley Thunder, il s'agissait d'une deuxième élimination en deux ans lors de la grande finale ainsi que d'une 4e en 5 saisons. Ce fut néanmoins une saison fort productive pour cette formation, mais il est à souhaiter que les vétérans effectuent un retour au jeu lors de la prochaine campagne dans le but de finalement mettre la main sur une première Coupe.

Troisième match: CASTORS 5 THUNDER 4 *surtemps

Le but de Jason Thibault, marqué à 2:51 en surtemps, a permis aux Castors de St-Quentin de l'emporter au compte de 5-4 mercredi soir à Perth-Andover pour ainsi prendre une avance de 3-0 dans la série finale 4 de 7 les opposant au River Valley Thunder. Un total de 565 spectateurs assistaient à cette partie disputée au RVCC de Perth-Andover.

Il s'agissait du premier but de Thibault dans cette série alors que Raphaël Pelletier se méritait une mention d'aide sur le filet victorieux. Pelletier y est allé de deux buts dans cette rencontre en plus d'obtenir deux aides pour un match fort productif de 4 points.

C'est Pelletier et Peter Trainor qui ont enfilé les buts de leur formation respective en première période alors que c'était l'égalité 1-1 au terme de vingt minutes de jeu.
Brandon Parsons a procuré les devants au Thunder en deuxième période lors d'une supériorité numérique avant que Raphaël Pelletier vienne à nouveau créer l'égalité à 11:50.

Le Thunder avait pourtant réussi à prendre une avance de deux buts lors du troisième engagement avec les filets de Peter Trainor (en avantage numérique) et Brandon Parsons. Mais, encore une fois, les Castors ont démontré beaucoup de résilience en revenant de l'arrière pour créer l'égalité. Eddie Banville a marqué son 3e but de la série finale à 10:07 alors que le défenseur Mathieu Labrie a ramené le tout à la case départ à 14:34.

Mentionnons que Peter Trainor a également connu un match de 2 buts et 2 passes du côté du River Valley Thunder.
Les Castors ont dominé leurs adversaires au chapitre des tirs au but, 47 contre 36. Pierre-Luc Thériault récoltait un 3e gain devant le filet de St-Quentin alors que son vis-à-vis était encore une fois Nick Nozzolillo.

Photo: Le premier trio des Castors, composé de Brandon Coulombe, Bryce Milson et Eddie Banville, a été sensationnel, récoltant 14 des 24 buts enregistrés par les Castors lors de la série finale (contribution Gilles Duval)

Deuxième match: THUNDER 5 CASTORS 6

On a réussi à créer l’égalité à quatre reprises lors du deuxième affrontement qui fut disputé à un rythme endiablé. Les Castors ont été les premiers à prendre les devants avec les buts de Maxime Levesque et Bryce Milson en première période. St-Quentin a complètement dominé les vingt premières minutes de jeu, dirigeant 10 lancers sur le filet adverse en comparaison de 4 seulement pour Perth-Andover.

Le Thunder a réussi à niveler le pointage tôt en deuxième période grâce aux filets de Mackenzie Brown et Mike Thomas. Après que Brandon Coulombe eut redonné les devants aux Castors à la 9e minute de jeu, le Thunder a ajouté deux autres buts avant la fin de la période médiane pour ainsi prendre une avance de 4-3. Sheldon Sappier marquait le but égalisateur alors que Brandon Parsons enfilait son deuxième but du match avec moins de 3 minutes à écouler.

Les deux équipes ont réussi à marquer à tour de rôle en supériorité numérique lors du troisième engagement avec les buts de Brandon Coulombe (SQ) et Mackenzie Brown (PA). L’égalité fut créée à 16 :33 par nul autre qu’Eddie Banville qui est venu tromper la vigilance du gardien Nick Nozzolillo à l’aide d’un tir puissant dans la partie supérieure du filet. 

Le Thunder a écopé d’une pénalité mineure à un bien mauvais moment alors qu’à 18 :47, les Castors se sont retrouvés avec l’avantage d’un homme. Ces derniers en ont profité pour enregistrer le but de la victoire à 19 :36 lorsque Bryce Milson déjouait le gardien avec un tir précis dans la partie supérieure, procurant une deuxième victoire dans cette série à la formation de St-Quentin.
Bryce Milson et Brandon Coulombe ont dirigé l’offensive des vainqueurs avec une récolte de 2 buts et 2 aides chacun. Mackenzie Brown a pour sa part récolté 2 buts et 1 passe pour le River Valley Thunder.

 

Premier match: CASTORS 4 THUNDER 3
Tout a bien débuté pour le Thunder qui menait au compte de 3-1 mi-chemin dans cette première rencontre, disputée devant plus de 850 spectateurs au RVCC. Mike Thomas, Brandon Parsons et Peter Trainor (en avantage numérique) marquaient pour les locaux alors qu’Eddie Banville enregistrait son 17e but des séries du côté des Castors.
Cependant, avant la fin du deuxième engagement, les Castors ont réussi à niveler le pointage avec deux buts en moins de 1 minute et demie d’intervalle, soit ceux de Brandon Coulombe à 15 :10 et Olivier Gendron à 16 :40. C’est le défenseur Mathieu Labrie qui a inscrit le but de la victoire pour les visiteurs lors du troisième vingt en y allant d’un tir avec beaucoup de circulation devant le filet du gardien Nick Nozzolillo du Thunder.

Ce revers aura laissé un goût amer auprès des protégés de l’entraîneur Jesse Perley puisqu’il s’agissait d’un premier revers à domicile depuis le 22 décembre dernier. Du même coup, l’avantage de la patinoire revenait aux Castors qui, soit dit en passant, ont disputé un match solide à tous les niveaux. Le gardien Pierre-Luc Thériault a été solide, repoussant 32 rondelles alors que son vis-à-vis Nozzolillo a fait face à 29 tirs au but.
Pour St-Quentin, trois joueurs ont terminé le match avec des dossiers identiques de 1 but et 1 mention d’aide, soit Mathieu Labrie, Brandon Coulombe et Eddie Banville.

Photo contribution: Quelques joueurs des Castors reçoivent la bannière des champions de la part de Claude Thériault (représentant de hockey NB). On reconnaît également à la droite le président du CRH, M. Normand Thériault, qui remet la Coupe au capitaine de l'équipe, Keith Sexton


Photo contribution: Pour les Castors, il s'agit d'une 3e Coupe en 4 ans

 


Commentaire:
OPPORTUNISME, RÉSILIENCE ET CARACTÈRE

Par Patrick Thibault

Voilà les trois qualificatifs qui définissent si bien les Castors de St-Quentin qui, contre toute attente, ont mis la main sur une 5e Coupe Gérald-Martin de leur histoire le week-end dernier. Il s’agissait également d’une troisième conquête en quatre ans, toutes acquises après avoir connu une performance plutôt médiocre lors de la tenue du calendrier régulier. Mais ce qui est à souligner cependant, elles ont toutes été acquises à l’aide d’un véritable travail d’équipe et d’une intensité sans pareille, démontrant très bien que le rendement collectif peut souvent venir à bout des équipes les plus talentueuses.

Au niveau senior, on peut admettre que la constance se définit par cycles: il est important d’une saison à l’autre d’avoir en place un groupe de vétérans qui est en mesure de guider les plus jeunes joueurs vers le succès. Du côté des Castors, la formule demeure bien simple alors que l’on y retrouve toujours un noyau de vétérans qui comprennent bien et acceptent le fait que la relève est la pierre angulaire du développement d’une équipe. Ces jeunes joueurs détiennent une place des plus importantes, même autant que les joueurs importés que l’on y retrouve sur l’alignement. Peu importe l’âge ou le niveau d’expérience de ces joueurs, personne ne semble plus important qu’un autre sur cette formation puisque l’on y comprend son rôle et lorsque l’enjeu devient encore plus important, ces rôles sont exécutés à la perfection… ce qui constitue d’ailleurs le critère le plus important envers le succès d’une équipe qui désire aspirer aux grands honneurs.

Comme toute bonne équipe, peu importe le niveau de compétition, il y a toujours des obstacles à surmonter en cours de route. Disons qu’à un certain moment cette saison, les Castors ne ressemblaient pas trop d’une équipe championne. On a frôlé avec une fiche de .500 pratiquement tout l’hiver, jusqu’à ce que l’équipe se mette en marche, à temps pour face au défi des séries éliminatoires. On a aussi changé d’entraîneur qui, pour certains, semblait incompréhensible puisqu’on était parvenu à signer quelques victoires en ligne. On avait toutefois ses raisons et encore une fois, cette équipe a été capable de déjouer tous les pronostics en montant son jeu d’un cran tout en appliquant la même formule qui l’a si bien définie depuis les dernières campagnes.

Cet opportunisme, les Castors l’ont démontré en profitant de chacune de leurs occasions pour marquer un but important. Que ce soit auprès du jeu de puissance ou avec un pointage serré, on allait toujours ajouter le but qui allait tout simplement assommer l’adversaire.
Pour ce qui est de la résilience, disons que celle-ci a été tout à fait remarquable au cours des séries alors que la formation du Restigouche-Ouest est parvenue 7 fois à remonter la pente en troisième période pour finalement s’assurer de la victoire. On a d'ailleurs réussi le coup à une reprise face au Dynamo de Kedgwick en série quart de finale, trois fois contre les Panthères du Haut-Madawaska en demi-finale et en trois autres occasions devant le River Valley Thunder en finale.
Puis le caractère que nous retrouvons sur cette formation a fait en sorte que jamais on a baissé les bras devant l’adversité, même que plus le défi semblait imposant, meilleur devenait la performance à tous les niveaux.

Félicitations aux Castors pour une autre saison formidable. Bravo aux vétérans qui, pour la plupart, en sont déjà à une 3e ou une 4e conquête de la Coupe. Mais surtout, bravo à l’organisation pour s’en tenir à une formule gagnante qui devrait en principe servir comme exemple pour toutes les autres formations du circuit.


 

LA LISTE DES CHAMPIONS

2018-2019: Castors de St-Quentin (4-0 vs Perth-Andover)
2017-2018: 
Panthères du Haut-Madawaska (4-0 vs Perth-Andover)
2016-2017: Castors de St-Quentin (4-0 vs Haut-Madawaska)
2015-2016: Castors de St-Quentin (4-1 vs Perth-Andover)
2014-2015: Ambassadeurs de St-Jacques (4-1 vs Perth-Andover)
2013-2014: Panthères du Haut-Madawaska (4-1 vs Témiscouata)
2012-2013: Castors de St-Quentin (4-2 vs Haut-Madawaska)
2011-2012: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs St-Basile)
2010-2011: Draveurs du Bas-Madawaska (4-1 vs Témiscouata)
2009-2010: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs Bas-Madawaska)
2008-2009: Ambassadeurs de St-Jacques (4-2 vs Grand-Sault)
2007-2008: Cataractes de Grand-Sault (4-0 vs St-Jacques)
2006-2007: As de St-Basile (4-1 vs St-Jacques/Madawaska)
2005-2006: Castors de St-Quentin (4-1 vs St-Basile)
2004-2005: As de St-Basile (4-1 vs Edmundston)
2003-2004: Eskimos d'Edmundston (4-3 vs St-Quentin)
2002-2003: As de St-Basile (4-3 vs Edmundston)
2001-2002: Eskimos d'Edmundston (4-3 vs Bas-Madawaska)
2000-2001: As de St-Basile (4-2 vs St-Quentin)
1999-2000: As de St-Basile (4-2 vs Edmundston)
1998-1999: As de St-Basile (4-1 vs Edmundston)
1997-1998: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs St-Basile)
1996-1997: Ambassadeurs de St-Jacques (4-1 vs Kedgwick)
1995-1996: Madawaskayens d'Edmundston (4-1 vs St-Jacques)
1994-1995: Cataractes de Grand-Sault (4-1 vs St-Basile)
1993-1994: Ambassadeurs de St-Jacques (4-1 vs St-Basile)
1992-1993: Cataractes de Grand-Sault (4-2 vs St-Jacques)
1991-1992: Cataractes de Grand-Sault (4-3 vs St-Quentin)


Partie de vendredi soir:
THUNDER 7 CASTORS  9 (les Castors remportent la série finale 4-0)
PA - Zack Foster; Peter Trainor; Mike Thomas (2); Ben Dee; Luke Gallant; Brandon Parsons
          SQ - Eddie Banville; Bryce Milson (2); Brandon Coulombe (3); Jason Thibault; Olivier Gendron (2)

Gardiens: PA -Nick Nozzolillo ; SQ - Pierre-Luc Theriault

SOMMAIRE

1e periode: 
(Aucun but)

2e periode: 
PA - Zack Foster (Mackenzie Brown; Bradley Johnston) 1:38
PA -  Peter Trainor (Brandon Parsons) 3:22
SQ - Eddie Banville (Bryce Milson; Keith Secton)  3:22
SQ - Bryce Milson (Eddie Banville Brandon Coulombe) 6:12
SQ - Brandon Coulombe  (Bryce Milson; Eddie Banville) 10:49
SQ - Brancon Coulombe (Bryce Milson ; Eddie Banville) 14:09
PA - Mike Thomas 
(Zack Foster; Sheldon Sappier) 15:39
PA - Mike Thomas (Brandon Parsons)  18:12

3e periode:
PA - Ben Dee (Sans aide) 2:34
SQ - Jason Thibault (Mathieu Labrie; Bryce Milson) 6:38
PA - Luke Gallant (Zack Foster; Ben Dee) 9:37
SQ - Brandon Coulombe (Bryce Milson; Eddie Banville) 9:45 
PA - Brandon Parsons (Mike Thomas; Peter Trainor) 13: 36
SQ - Bryce Milson (Eddie Banville; Brandon Coulombe) 17:13
SQ  - Olivier Gendron (Gino Ouellet; Keith Sexton) 17:40 
SQ - Olivier Gendron (Gino Ouellet) 18:53

 


Partie de mercredi soir:
CASTORS 5 THUNDER 4 * Temps supplementaire
(Serie 3-0 Castors)
SQ - Raphael Pelletier (2); Eddie Banville; Mathieu Labrie; Jason Thibault
PA - Peter Trainor (2); Brandon Parsons (2)

Gardiens: SQ - Pierre - Luc Theriault ; PA - Nick Nozzolillo

SOMMAIRE

1e periode:
PA - Peter Trainor (Brandon Parsons; Mike Thomas) 6:15
SQ - Raphael Pelletier (Jason Thibault) 10:23 

2e periode:
PA- Brandon Parsons (Peter Trainor; Mike Thomas) 4:06 (an)
SQ - Rapahel Pelletier (Maxime Levesque) 11:50

3e periode:
PA - Peter Trainor (Luke Gallant; Lachlan MacIntosh) 2:17
PA - Brandon Parsons (Peter Trainor; Sheldon Sappier) 2:00
SQ -Eddie Banville (Bryce Milson) 10:07
SQ - Mathieu Labrie (Olivier Gendron ; Rapahel Pelletier ) 14:34

4e periode:
SQ - Jason Thibault (Raphael Pelletier) 2:51


Partie de dimanche:
THUNDER 5 CASTORS 6
PA- Mackenzie Brown (2) ; Mike Thomas; Sheldon Sappier; Brandon Parsons
           SQ - Maxime Levesque; Bryce Milson (2); Brandon Coulombe (2); Eddie Banville

Gardiens: PA - Nick Nozzolillo ; SQ - Pierre-Luc Theriault

SOMMAIRE

1e periode: 
SQ - Maxime Levesque ( sans aide) 5:45
SQ -Bryce Milson ( Brandon Coulombe ) 17:04

2e periode:
PA - Mackenzie Brown (Peter Trainor) 1:56
PA - Mike Thomas (Brett Bernard; Lachlan MacIntosh) 5:47
SQ - Brandon Coulombe ( Bryce Milson; Maxime Cayouette) 9:03
PA - Sheldon Sappier (Lachlan MacIntosh ; Brett Bernard) 10:16
PA - Brandon Parsons (Mackenzie Brown; Peter Trainot) 17:14

3e periode:
SQ - Brandon Coulombe (Bryce Milson; Mathieu Labrie) 3:12 (AN)
PA - Mackenzie Brown (Lachlan MacIntosh) 11:01 (AN)
SQ - Eddie Banville ( Keith Sexton) 16:33
SQ - Bryce Milson (Brandon Coulombe; Eddie Banville) 9:26 (AN)


Résultat de samedi soir:
CASTORS 4 THUNDER 3
SQ-Eddie Banville; Brandon Coulombe; Olivier Gendron; Mathieu Labrie
          PA-Mike Thomas; Brandon Parsons; Peter Trainor

Gardiens : SQ- Pierre-Luc Theriault; PA- Nick Nozzolllo

SOMMAIRE

1e periode: 
PA-Mike Thomas (Zack Foster; Sheldon Sappier) 14:25

2e periode: 
PA - Brandon Parsons ( sans aide) 1:40
SQ - Eddie Banville ( Bryce Milson; Brandon Coulombe) 5:14
PA - Peter Trainor ( Lachlan MacIntosh; Luke Gallant) 7:52 (an)
SQ - Brandon Coulombe ( Eddie Banville; Bryce Milson) 15:10
SQ - Olivier Gendron ( Gino Ouellet; Mathieu Labrie) 16:40

3e periode: 
SQ - Mathieu Labrie (Jason Thibeault) 16:42


LA FINALE OPPOSERA ST-QUENTIN À PERTH-ANDOVER

Par Patrick Thibault

Les jeux sont faits dans le Circuit Régional de hockey! La grande finale mettra aux prises le River Valley Thunder de Perth-Andover aux Castors de St-Quentin. La dernière fois que ces deux formations s’étaient affrontées en grande finale remonte à la saison 2015-2016 alors que les Castors avaient eu le dessus en cinq affrontements.

La formation de St-Quentin sera en quête d’une 5e Coupe Gérald-Martin alors que le River Valley Thunder sera à la recherche d’un tout premier titre. Il s’agit d’ailleurs d’une 4e présence en 5 saisons à la série grande finale pour Perth-Andover.

Il s’agit donc d’une confrontation opposant l’équipe de 3e position au classement général (PA) contre celle de 4e position (SQ), démontrant à quel point la parité a été à son meilleur cette saison dans le circuit.

Un aperçu de cette série finale sera disponible lundi en soirée et l’horaire des parties devrait être connu d’ici les prochains jours.
Voici d’abord de quelle façon ces deux équipes sont parvenues à se qualifier pour la ronde finale:

SÉRIE ‘A’: ST-QUENTIN vs HAUT-MADAWASKA
Alors que chaque équipe avait réussi à l’emporter à domicile lors des quatre premières parties, l’avantage de la patinoire n’a jamais été un facteur lors des trois matchs suivants. En effet, on a réussi à l’emporter à tour de rôle sur la glace adverse lors des 5e, 6e et 7e matchs, dont deux fois de la part des Castors qui ont soutiré un gain de 5-3 lors du duel décisif disputé à l’aréna J.-Docithe Nadeau de St-François dimanche après-midi. Ce fut donc sept rencontres âprement disputées entre ces deux formations puisque cinq de ces affrontements se sont terminés avec deux buts d’écart ou moins.

Eddie Banville a été le héros du 7e match alors qu’il est venu briser une égalité de 3-3 à 16 :34 en troisième période en plus d’ajouter le but d’assurance dans un filet désert avec seulement 10 secondes à écouler. Pour Banville, l’une des figures dominantes en attaque du côté des Castors, il s’agissait de ses 14e et 15e buts des séries.
St-Quentin avait pris les devants 3-1 au terme de quarante minutes de jeu avant que les Panthères viennent créer l’égalité au troisième vingt avec les filets de Sébastien Gauthier et Alex Larochelle. Le but égalisateur, celui de Larochelle, a été enregistré à 15 :47, mais moins d’une minute plus tard, les Castors assuraient la réplique.
Pierre-Luc Thériault a récolté la victoire devant le filet. Mentionnons que c’était l’égalité 1-1 après une période de jeu avec les buts de Dean Ouellet (HM) et Bryce Milson (SQ).

Ce match décisif a été nécessaire en raison d’une brillante victoire de 7-1 de la part des Panthères samedi soir à St-Quentin. Après une première période sans but, les Castors avaient réussi à prendre les devants en deuxième avec le but de Bryce Milson. Le Haut-Madawaska a cependant répliqué avec quatre buts sans réplique avant la fin de l’engagement, tout en en ajoutant trois autres lors du troisième vingt pour s’assurer de la victoire. Alain Michaud et Dean Ouellet ont chacun touché la cible à deux reprises du côté des gagnants.
Scott Cyr a cédé sa place à Pierre-Luc Thériault devant le filet des Castors alors que Billy Asselin récoltait le gain devant celui des Panthères.

Vendredi soir, avec la série à égalité 2-2, les Castors l’ont emporté au compte de 6-4. St-Quentin avait réussi à marquer trois fois lors de la période initiale pour prendre les devants et a été en mesure de maintenir son avance tout au long du match. Bryce Milson et Eddie Banville ont chacun marqué deux fois pour les Castors qui prenaient ainsi les devants 3-2 dans la série. Scott Cyr (SQ) et Billy Asselin (HM) étaient les deux gardiens en présence lors de cette rencontre.
Mentionnons l’absence de Danny Chiasson lors de ce 5e affrontement disputé au domicile des Panthères.

Ce que l’on retient davantage dans cette série, ce sont les 68 buts qui ont été marqués au total pour une moyenne de tout près de 7 buts par partie. Notons également les 10 buts enregistrés en supériorité numérique par les Panthères qui ont été très opportunistes à cet égard. Les Castors ont pour leur part inscrit 4 buts en avantage numérique et 2 autres en infériorité numérique. Cependant, lors du dernier affrontement opposant ces deux équipes, la formation de St-Quentin n'a alloué aucun but sur le jeu de puissance aux Panthères, n'écopant que de 5 pénalités mineures.
Mentionnons également que les Panthères étaient privés des services de l'attaquant Adam Laite pour les deux derniers matchs de la série. Laite, qui est un élément important auprès de l'unité offensive de cette formation, avait compilé un dossier de 11 buts et 11 mentions d'aide pour 22 points lors des séries éliminatoires.


SÉRIE ‘B’: PERTH-ANDOVER vs ST-JACQUES
Le River Valley Thunder a mis un terme à la série en l'emportant au compte de 7-3 mercredi soir au Centre Jean-Daigle. C'est une poussée de quatre buts sans réplique en deuxième période qui a permis aux visiteurs de briser une égalité de 2-2 qui avait été créée au terme de vingt minutes de jeu.
Brandon Parsons a marqué deux fois pour le Thunder alors que Peter Trainor (1b 2p), Luke Gallant (1b 1p), Mike Thomas (1b 1p), Mackenzie Brown (1b 2p) et Bradley Johnston ont complété le tableau du côté de Perth-Andover. La réplique des Ambassadeurs est venue de Michel Lavoie, Sébastien Bernier et Dominic Levasseur.

Le River Valley Thunder accède ainsi à la grande finale du CRH pour une quatrième fois en cinq saisons et pour une deuxième année consécutive.

Notons que le week-end dernier, les Ambassadeurs avaient pu profiter du retour au jeu de quelques joueurs clés, dont Sylvain Dubé et Michel Lavoie auprès de l’unité offensive. Ils ont d’ailleurs chacun pris part au pointage dans un gain de 7-4 de St-Jacques vendredi soir lors du troisième match disputé au Centre Jean-Daigle d’Edmundston. Il s’agissait d’un premier revers en 19 parties en temps réglementaire pour Perth-Andover, incluant la saison régulière et les séries.

Dubé y est allé d’une performance de 2 buts alors que les Ambassadeurs menaient déjà 3-0 après vingt minutes de jeu. Le Thunder est tout de même parvenu à niveler la marque en deuxième période avant de voir leurs adversaires assurer la réplique avec trois autres buts à leur tour, dont celui de Sylvain Dubé qui procurait les devants aux siens pour de bon. Mathieu Loisel a également connu une bonne performance en attaque avec 2 buts. Peter Trainor faisait de même du côté de Perth-Andover.
Jordan Mean est venu en relève de Nick Nozzolillo devant le filet du Thunder en deuxième période. Pour St-Jacques, Stéphane Lavoie remportait la victoire devant la cage.

Contrairement aux joutes précédentes, le quatrième affrontement a donné lieu à du jeu plus serré sur le plan défensif. D’ailleurs, seulement 5 buts ont été enregistrés dans cette rencontre remportée 4-1 par le River Valley Thunder.
Mike Thomas a procuré les devants aux locaux en marquant avec seulement 48 secondes d’écoulées en première période. Sylvain Dubé est venu égaliser le pointage pour St-Jacques à 16 :12 du second engagement avant que Brandon Parsons vienne redonner les devants au Thunder lors d’une supériorité numérique à 17 :33. Luke Gallant a ajouté le but d’assurance en troisième période lors d’un jeu de puissance alors que Mike Thomas obtenait son deuxième filet de la rencontre à 19 :32.
Nick Nozzolillo (PA) et Stéphane Lavoie (SJ) étaient les deux gardiens en présence. Lavoie a été le plus occupé des deux cependant alors qu’il a dû affronter un total de 49 tirs au but de la part du Thunder. St-Jacques a pour sa part dirigé 20 tirs en direction du filet adverse.


Commentaire:
UN EXEMPLE À SUIVRE POUR LES AUTRES FORMATIONS DU CIRCUIT

Par Patrick Thibault

Avec un circuit où l’on voit des équipes de plus en plus vieillissantes et où la relève se fait de plus en plus rare chez certaines d’entre elles, il est important de favoriser et d’encourager l’intégration des jeunes joueurs dans le circuit. D’ailleurs, on a qu’à regarder à la situation des gardiens de but cette saison pour se rendre compte à quel point on retrouve de moins en moins de jeunes qui ont leur place dans au niveau senior à l’heure actuelle.

Pourtant, deux formations ont décidé de bâtir avec des jeunes en entreprenant un virage jeunesse… soit les deux qui ont terminé au bas fond du classement, soit les As de St-Basile et les Prédateurs du Témiscouata. Puis malgré leur classement, je considère leur performance cette saison comme étant tout à fait remarquable!

Prenons d’abord l’exemple des Prédateurs : cette formation avait subi une défaite de 18-2 lors de leur tout premier match cette saison… puis seulement quelques mois plus tard, les Prédateurs sont parvenus à vaincre la même équipe à trois reprises, incluant deux fois en séries. Puis pour ce qui des As, ils ont remporté plus de matchs cette saison que lors des trois saisons précédentes combinées.

Ces améliorations n’ont pas nécessairement été accomplies avec la présence de joueurs importés, mais plutôt en prenant un noyau déjà existant de quelques vétérans et en ajoutant de jeunes joueurs qui au fur et à mesure que la saison progressait, ont réussi à faire leur place au niveau senior. D’ailleurs, on peut placer les Castors de St-Quentin dans cette même catégorie; saison après saison, la formation du Restigouche-Ouest demeure toujours très compétitive, surtout parce qu’elle prend bien soin de donner la chance aux jeunes joueurs de progresser à leur rythme.

Avec cela dit, pourquoi ne pas ajouter un trophée additionnel à la fin du calendrier régulier et récompenser l’équipe ou l’organisation qui aura démontré le vouloir de bâtir avec des jeunes et favoriser la relève à long terme de leur formation. En agissant ainsi, tout le monde en sort gagnant… on donne un trophée à une équipe qui ne termine pas nécessairement au haut du classement et du même coup, la direction du circuit démontre à quel point elle est sérieuse envers son approche à vouloir favoriser l’intégration des jeunes joueurs afin d’assurer sa survie.

On dit souvent qu’un championnat ne se gagne pas toujours avec les meilleurs joueurs, mais plutôt avec la meilleure équipe qui sait accepter ses rôles et qui forme une unité capable de progresser au fur et à mesure qu’elle gagne de l’expérience. Dans le cas des As et des Prédateurs, nous devons apprécier leurs accomplissements cette saison, mais surtout, la façon dont ces organisations ont procédé pour s’assurer d’un avenir prometteur.


Commentaire:

LES FAMEUSES RÈGLES NON-ÉCRITES DU HOCKEY

Par Patrick Thibault

Photo: Les bagarres violentes surviennent la plupart du temps lorsqu’une équipe a omis de respecter l’une des règles non-écrites du hockey

À l’approche des séries éliminatoires, l’intensité monte toujours d’un cran, sans oublier que les équipes deviennent beaucoup plus sensibles envers certains agissements ou modes de conduite qui pourraient déranger davantage leurs adversaires à ce temps précis de la saison. Il s’agit de règles non-écrites du hockey, soit celles que l’on ne retrouve pas dans le livre officiel de règlements, mais qui doivent tout de même être suivies à la lettre si on veut éviter de lourdes conséquences.

Que ce soit au niveau amateur ou professionnel, tout joueur doit être conscient des gestes qu’il ne doit jamais commettre face à un adversaire. Si un joueur ose briser l’une de ces règles, il doit être prêt à en payer le prix. Voici, selon moi, les dix règles de conduite les plus importantes que les joueurs et les équipes doivent apprendre à respecter:

*Ça prend toujours deux joueurs pour engager un combat. Si l’un d’entre eux décide de ne pas laisser tomber les gants, on vient soudainement briser un code très important qui existe entre deux bagarreurs. Il y a quand même un certain respect qui doit exister entre les deux pugilistes.

*Il est également important qu’un joueur puisse choisir convenablement avec qui entreprendre un combat. En effet, celui qui possède le rôle ‘d'homme fort’ ne doit jamais toucher aux joueurs vedettes de l’équipe adverse. Il doit aussi éviter de s’en prendre aux plus petits que lui, une autre règle qui doit être respectée sans faute.

*Un autre point important en ce qui concerne une bagarre entre deux joueurs : on ne doit jamais frapper son adversaire si ce dernier est tombé sur la patinoire. Celui qui n’obéit pas à ce code sera perçu comme étant un joueur ‘salaud’.

*Lorsqu’un joueur s’approche du gardien à toute vitesse, il doit éviter de freiner brusquement devant celui-ci pour ne pas lui envoyer de la neige au visage. Si le joueur en question manque à cette règle, il risque de subir de lourdes conséquences de la part de l’équipe adverse.

*Une autre erreur qu’un joueur ne devrait jamais commettre devant un gardien de but, c’est de lancer la rondelle en sa direction une fois que le sifflet se fait entendre. Non seulement pourrait-il blesser le gardien, mais cela constitue un manque de respect flagrant qui démontre du même coup une mauvaise intention de la part du joueur en question.

*Un joueur a le droit de célébrer après un but, mais il doit choisir ses moments. Il doit éviter de démontrer de l’enthousiasme après avoir marqué dans un filet désert ou lorsque son équipe possède une avance très considérable. S’il n'obéit pas à cette règle, l’équipe adverse se vengera sûrement.

*La poignée de main traditionnelle est une marque de respect obligatoire entre deux équipes, même si ce règlement n'est pas écrit dans le grand livre. Peu importe si deux joueurs se sont frappés pendant les sept rencontres d'une série, ces derniers doivent se féliciter l’un et l’autre pour avoir démontré autant de combativité.

*Lorsqu’une équipe possède une avance jugée insurmontable, elle doit faire attention pour ne pas presser le jeu davantage. Si on est en possession de la rondelle en territoire adverse, il est mieux de contrôler le jeu en évitant de lancer trop souvent en direction du filet. On doit faire attention aussi pour ne pas envoyer nos meilleurs éléments sur la patinoire tard dans la rencontre quand le match est hors de portée de l'adversaire. Ce code est probablement celui que l’entraîneur peut davantage contrôler à sa guise. Les équipes ont la mémoire longue lorsque ce code n'est pas respecté.

*Durant la période de réchauffement, il est primordial que les deux équipes évitent de traverser la ligne centrale. On ne doit pas non plus intentionnellement lancer une rondelle dans l’autre zone. Ces actions démontrent un signe d’agression de la part de l’équipe fautive.

*Il y a également certaines règles de conduite qui existent entre coéquipiers. L’une d’entre elles veut que tout ce qui se passe dans le vestiaire demeure dans le vestiaire. Aussi, lors de la période de réchauffement, il ne faut jamais lancer à la hauteur de la tête vers son propre gardien de but. Même si on ne verra pas de bagarres entre joueurs de la même équipe se produire sur la patinoire, il est certain que le joueur fautif se fera parler dans le blanc des yeux en privé par ses coéquipiers et ses entraîneurs.


Commentaire: 

DEUX ASPECTS SOUVENT NÉGLIGÉS AUPRÈS DU SUCCÈS D’UNE ÉQUIPE

Par Patrick Thibault

Photos: Mark Messier et Tom Brady ont chacun été considérés de véritables leaders sur le plan sportif

L’on dit souvent que les meilleures formations sont souvent celles ayant la meilleure attaque ou encore la meilleure défensive. On va même à dire que le talent constitue la raison première du succès d’une équipe. Tout cela est vrai évidemment, mais on a souvent tendance à oublier deux éléments clés qui permettent à tous ces éléments de ressortir davantage.

En premier lieu, mentionnons que le leadership est sans contredit un critère essentiel pour n'importe quelle équipe sportive qui souhaite aspirer aux grands honneurs. Lorsque celle-ci est capable de s’entourer d’un ou plusieurs leaders qui permettent aux autres membres de la formation à ressortir le meilleur d’eux-mêmes, les chances d’atteindre le succès augmentent de façon considérable.

Un bon leader se distingue avant tout comme étant celui qui est capable d'inspirer les autres vers un objectif commun, autant par ses paroles que par ses actions. Le leader est aussi celui qui ne craint pas d'affronter l'adversité et qui sait calmer son entourage lorsque la situation l'exige, sans oublier qu’il doit aussi être considéré comme étant un excellent communicateur.
Nous avons toujours tendance à croire que seul le capitaine peut se lever debout dans le vestiaire pour engager la discussion quand les choses vont moins bien. Cela est complètement faux! Même le capitaine doit avoir des alliés pour faire passer son message sinon, ses qualités de leadership ne valent plus rien. Si celui qui porte le 'C' sur son chandail doit montrer l'exemple, les autres leaders auprès de l'équipe doivent le supporter dans ses efforts, en étant eux aussi de très bons communicateurs. Cette dernière caractéristique définit vraiment à quel point une équipe demeurera unie dans l'atteinte de ses objectifs.

Un leader doit aussi demeurer très humble dans ses propos et ses actions. Celui qui passe toujours le bien de l'équipe avant ses intérêts personnels obtiendra sûrement la confiance de plusieurs, dont celle de ses entraîneurs. De plus, il est important que ces athlètes demeurent optimistes et positifs face à n'importe quelle situation. Une équipe qui se cherche des excuses au lieu de trouver des solutions n'avance jamais dans la bonne direction. Le leader doit ainsi s'assurer que tout le monde demeure sur la même voie en cherchant avant tout à résoudre les problèmes qui surgissent et non à vouloir en créer.

En second lieu, jamais l’on ne pourra admettre à quel point l’acceptation des rôles est essentiel envers le succès d’une équipe.
La formation qui aligne des athlètes talentueux est un avantage sûrement, même une nécessité si on désire atteindre le sommet dans son sport. Toutefois, il est encore plus important de mettre davantage l’accent envers le développement de tous les athlètes, sans exception, surtout auprès de ceux qui ne possèdent pas ce talent naturel. Il est évident que certains sont limités à ce niveau mais la force d’une équipe se fait souvent par les rôles que certains sont en mesure de pouvoir accomplir pour faire ressortir le meilleur de l’équipe.
Il suffit d’expliquer aux athlètes qu’une équipe sportive, c’est comme une troupe de théâtre: peu importe si on possède un rôle principal ou secondaire, l’important, c’est de toujours donner la meilleure performance possible afin que tout devienne un succès auprès de la collectivité. Aussi, il est important de comprendre qu’il vaut mieux avoir des joueurs qui forment une équipe talentueuse au lieu d’une équipe qui est bâtie uniquement autour de joueurs talentueux.

La clé du succès d’une bonne équipe, c’est de faire comprendre aux joueurs en présence qu’il est important de ressortir ses forces sur le plan personnel afin de pouvoir contribuer aux succès de leur formation. Il n’y a pas de place pour des athlètes égoïstes ou ceux qui désirent devenir la vedette de leur équipe.
Évidemment, il devient important de mettre son orgueil de côté à cet égard et demeurer très discipliné dans l’atteinte de ses objectifs ainsi qu'auprès de celles de son équipe. L’athlète est d’abord le premier grand responsable de sa propre conduite. Il doit apprendre à suivre les règles et s’adapter aux conditions mises en place par le personnel d’entraîneurs. Par la suite, si tous suivent dans la même direction, la discipline devrait ressortir au niveau de toute l’équipe.

Le leadership ainsi que l’acceptation des rôles ressortent davantage quand l’enjeu devient encore plus important. À l’approche des séries éliminatoires, il s’agit sûrement de deux éléments clés qui pourraient faire pencher la balance lorsque l’intensité et la pression montent d’un cran.


 Commentaire: 

L’INTIMIDATION CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES DANS LE MILIEU SPORTIF

Par Patrick Thibault

Photo: Maxime Comtois a été victime de menaces et d'intimidation à travers les différents médias sociaux suivant la défaite du Canada lors du championnat mondial de hockey junior

L’on doit avouer que les médias sociaux prennent énormément de place auprès de notre société, tellement qu’il s’agit d’un véritable mode de vie pour la grande majorité des gens. Tout s’y retrouve : nos joies, nos peines, nos inquiétudes et même nos frustrations par moments. On s’en sert aussi malheureusement pour propager de fausses rumeurs au sujet de certaines personnes, pour porter un jugement ou des accusations à leur endroit sans véritablement les connaître davantage ou tout simplement pour intimider les gens les plus vulnérables.
On mentionne que ceux qui se servent des réseaux sociaux pour faire de l’intimidation sont en principe des personnes possédant un faible estime de soi et qui se servent d’une telle tribune pour vouloir remonter leur image en abaissant celle des autres. Au lieu de démontrer une certaine compassion, on préfère se réjouir dans le malheur des autres. On pense toujours que c’est très amusant au départ; d’ailleurs, faire rire les autres demeure l’objectif principal, croyant que tout le monde va embarquer dans un tel jeu. On s’aperçoit que l’on est allé trop loin seulement quand la réputation des victimes a été grandement atteinte, ou même parfois celle de l’intimidateur en question. Puis lorsqu’on est rendu aux menaces verbales et physiques, tout devient moins drôle.

Dans le cas de Maxime Comtois, appelons-le comme on le veut : il peut s’agir de haine en raison de sa langue ou sa provenance ou que l’on s’est servi de lui tout simplement comme le bouc-émissaire pour expliquer la contre-performance d’Équipe Canada lors du championnat mondial junior. Peu importe, il faut être imbécile pour insinuer que ce jeune homme a voulu perdre parce qu’il n’aimait pas son pays. Que l’on soit anglophone ou francophone, porter la feuille d’érable sur son chandail lors d’un événement sportif aussi grandiose représente une fierté et un tremplin important pour quiconque désire connaître une carrière de premier plan au niveau professionnel. Maxime Comtois, malgré tous ses défauts, a démontré beaucoup d’énergie et d’intensité sur la patinoire à chacune de ses présences, et ce, malgré le fait d’avoir été blessé pendant la tenue du tournoi. Puis si nous étions à sa place, avec la victoire au bout du bâton comme ce fut le cas en surtemps contre la Finlande, personne n’aurait pu faire mieux avec autant de pression sur le dos.

On s’en est pris à lui pour chercher des explications face à la défaite. Pourtant, l’équipe n’avait pas marqué beaucoup de buts depuis le tout premier match de la ronde préliminaire face au Danemark. Faut avouer également que le système de jeu hermétique préconisé par l’entraîneur Tim Hunter ainsi que le manque d’efficacité sur le jeu de puissance n’était pas à la hauteur pour contrer des formations aussi rapides comme les Russes, les Américains et les Finlandais. Que dire aussi de la sélection des joueurs? Avions-nous vraiment les meilleurs éléments du pays qui en faisait partie? Malgré le fait que le Canada a été très compétitif lors de ce tournoi, on aurait pu faire un meilleur travail pour combler les lacunes qui semblaient pourtant très évidentes. Pauvre Maxime Comtois… apparemment que tout était de sa faute!

L’intimidation dans le milieu sportif existe depuis toujours, que ce soit au niveau amateur ou professionnel. On en retrouve non seulement auprès des joueurs, mais également à l’endroit des officiels. Les gens s’amusent à leurs dépens en leur criant toutes sortes de bêtises à partir des gradins dans l’espoir d’en apporter d’autres dans leur jeu. S’ils étaient seuls dans l’aréna cependant, je doute fort qu’ils soient aussi courageux. Toutefois, avec la venue des médias sociaux, une seule personne assez souvent peut partir toute une polémique à l’aide de propos désobligeants à l’endroit d’un athlète ou d’un officiel… puis les gens les plus naïfs suivent le pas.

Il y a quelques années, alors que le CRL avait mis sur pied son tout premier site web, on y retrouvait un forum de discussions où les gens pouvaient émettre leurs commentaires. Même si certains d’entre eux écrivaient des propos très raisonnables et civilisés, une certaine minorité en ont profité pour faire des attaques personnelles sur certains joueurs, officiels et administrateurs du circuit. Le CRL a donc demandé carrément de fermer ce forum de discussion. Après tout, on y visait des pères de famille, des bénévoles et dans la grande majorité des cas, de jeunes joueurs comme Maxime Comtois qui jouait le sport tout simplement pour la passion et la fierté. Alors pour ceux et celles qui se sont déjà demandé pourquoi le site web actuel du CRH ne possède pas un tel forum de discussion, vous en avez la réponse.

L’on ne parviendra jamais à contrer l’intimidation dans les nombreux arénas du pays. On peut toutefois tenter de sensibiliser les gens que leurs propos peuvent faire beaucoup plus de mal que de bien, non seulement envers les victimes en question, mais aussi auprès des proches des personnes qui s’amusent à un tel jeu. Il est possible que l’on soit frustré par moments en raison de la défaite de nos favoris ou encore d’une décision apportée par un officiel. S’agit-il vraiment de l’unique raison pourquoi l’équipe a perdu? Sommes-nous arrivés au point de considérer le sport comme un lieu où la victoire doit prédominer à tout prix? Puis que pensent les plus jeunes lorsque les adultes se comportent ainsi?
Encore une fois, il sera impossible de contrer l’intimidation dans le milieu sportif actuel, surtout avec tout cet accès que nous obtenons auprès des médias sociaux. Gardons cependant espoir que la prochaine génération aura été suffisamment sensibilisée et aura eu assez honte de voir certains de leurs proches agir comme de véritables imbéciles lors d’un événement sportif. Puis les gens qui deviendront les mieux sensibilisés à cet égard seront ceux et celles qui auront été victimes de tels gestes d’intimidation à leur endroit.

C’est donc tout à notre avantage de montrer le bon exemple. Même si on ne peut pas le faire auprès de tous, on finira peut-être à faire comprendre à certains que le hockey n’est qu’un simple jeu où aucune vie n’en dépend... personne ne mérite de se faire abaisser de la sorte et de se faire montrer du doigt pour une défaite. Le hockey est un sport d’équipe et il est impossible qu’un seul individu soit responsable de toutes les erreurs qui ont été commises sur la patinoire pendant toute la durée d’une partie.
Avec un peu plus de compassion envers les autres, probablement que les intimidateurs de ce monde finiront par se retrouver seuls dans leur petit monde très misérable.


 Commentaire: 

QUAND LA LOYAUTÉ DEVIENT MOINS IMPORTANTE

par Patrick Thibault

Lorsque Jacques Cormier ainsi que les frères Tommy et Billy Bezeau ont tous pris la décision de quitter les Panthères du Haut-Madawaska avec à peine quatre semaines d’écoulées en saison régulière, le débat sur les joueurs importés dans le CRH a pris une tangente tout à fait différente.
Certains prétendent que ces hockeyeurs permettent au circuit d’atteindre un niveau de compétition sans pareille alors que d’autres croient plutôt que ces joueurs nuisent considérablement à l’avenir du circuit, surtout en raison des répercussions que leur présence semble avoir au détriment du produit local.
Peu importe de quel côté on désire pencher sur le sujet, la mésaventure qu’ont connue les Panthères tout récemment nous rappelle à quel point l’on a tendance à sous-estimer une certaine qualité que nul autre que les joueurs locaux ou ceux qui sont issus d'une même région possèdent plus que tout: la loyauté.

Il semble donc exister deux catégories de joueurs au niveau du hockey senior. On retrouve ceux qui jouent pour le plaisir et la fierté de représenter l’équipe de leur communauté et ceux qui jouent pour en retirer le meilleur avantage possible. Cette dernière catégorie existe depuis très longtemps et elle en est grandement responsable de tous les problèmes qui surviennent à l’intérieur d’une ligue de la sorte.
Toutefois, avant de pointer du doigt tous ces joueurs provenant de l'extérieur de la région qui ont été nombreux à défiler dans le CRH au fil des ans, mentionnons que ce sont les équipes qui se sont donné le droit de les ajouter à leur formation. Même si le nombre de joueurs importés a été modifié à l’occasion selon la constitution du circuit, leur présence fait beaucoup réagir puisqu’ils demandent après tout d’obtenir ‘certains avantages’ en comparaison des autres, ce que certaines formations ne sont pas capables d’offrir. Pourtant, comme certaines ligues seniors au Nouveau-Brunswick l’ont appris à leurs dépens, l’ajout de hockeyeurs importés peut entraîner de lourdes conséquences. En raison de leur talent, ces joueurs possèdent beaucoup de pouvoir de négociation auprès de leur formation respective, jusqu'au moment où l'on ne peut plus satisfaire à leurs demandes. C'est donc à partir de ce moment que la loyauté auprès d’une équipe importe très peu.

Pour le joueur provenant d'une même localité, jouer au hockey prend une tout autre signification. Ils sont avant tout très fiers de porter les couleurs de l’équipe de leur patelin et tiennent à cœur leur implication auprès de la communauté. Même s’ils ne possèdent pas tous le même talent que certains joueurs de grande renommée dans le circuit, on peut toujours compter sur eux pour appuyer leur équipe et leurs coéquipiers jusqu’au bout.

Mettons toutefois une chose bien au clair: certains joueurs provenant de l’extérieur de la région se sont très bien intégrés auprès de nos communautés; certains ont même décidé de s’y établir à tout jamais et la grande majorité d'entre eux ont été la pierre angulaire auprès des succès de leur formation respective. Leur présence auprès du circuit attire davantage les amateurs qui sont en grand nombre à vouloir admirer leur grand talent de hockeyeur. Après tout, certains d’entre eux détiennent un pedigree assez important, ayant évolué par le passé au niveau junior majeur, collégial ou même professionnel. Les Panthères ne sont pas les seuls à avoir subi le même sort par le passé et ne seront malheureusement pas les derniers. D’autres équipes ont aussi dû compenser avec des départs précipités de la sorte, surtout parce que ces joueurs en question avaient reçu de meilleures offres pour évoluer ailleurs.

Alors les deux questions importantes que l’on doit se poser à cet égard sont les suivantes: peut-on compter sur la loyauté de ces joueurs considérés importés? Leur attachement auprès d'une équipe est-il aussi fort que pour un joueur provenant d'un même territoire? Après tout, l’important n’est pas toujours de bâtir son équipe avec les meilleurs joueurs disponibles, mais plutôt de bâtir avec les joueurs qui sont disponibles à vouloir former la meilleure équipe. Même si certains joueurs locaux ne sont pas tous munis d’un talent exceptionnel, du moins l’on peut compter sur leur présence pas mal plus souvent. Il ne suffit que de leur donner la chance de se faire valoir davantage.